Dans la nuit Mozambique

de Laurent Gaudé

Quatrième de couverture:

C'est par la traque puis la vengeance d'un fugitif que débute ce recueil de récits, et c'est dans l'énigme d'un meurtre inexpliqué qu'il se referme. Comme si une part de la vérité du monde - la plus inhumaine, celle qui stigmatise l'histoire intime ou collective - devait à jamais défier notre raison. De toutes époques et de tous lieux, les personnages de ce livre ont cette expérience en partage, qu'ils assument dans la proximité de la mort. Désespérés ou lucides, ils revisitent leurs illusions, admettent leurs fautes ou retiennent un instant encore les ultimes bonheurs de l'existence.

Mon avis:

Ce livre est un recueil de quatre nouvelles dans lesquelles le lecteur approche la mort, se confronte à l'horreur et explore la culpabilité par des voix différentes.

Dans le sang négrier, un capitaine de navire doit tout faire pour ne pas perdre la face en retrouvant les esclaves qui se sont échappés de son négrier. Mais devant son échec, il prend part à une chasse à l'homme qui le marquera à jamais, car le survivant compte bien hanter les mémoires.
J'ai apprécié la tension que fait monter l'auteur et la façon dont il retourne l'horreur contre ceux qui la perpétuent, les marquant de manière définitive.

Grammercy Park Hotel fut le théâtre de la plus belle nuit de ce vieil homme, il y retourne en hommage à sa femme pour une promesse qu'il n'avait pas tenu et partage avec nous son histoire, ses choix, ses regrets.

J'ai beaucoup aimé lire Le colonel Barbaque car j'y ai retrouvé un personnage de Cris, Ripoll, qui avait été sauvé par M'Bossolo. Ce passage étant mon préféré dans ce roman sur l'enfer de la guerre des tranchées, j'ai apprécié ces retrouvailles. Même si l'avenir de Ripoll est on ne peut plus sombre. A nouveau Gaudé dépeint avec force, douleur et justesse le changement irrémédiable que la guerre cause sur les hommes. Ripoll, bien que sauvé par ce frère noir, n'en est jamais revenu. Plus vraiment humain, il ne peut que continuer à se battre, en essayant d'être fidèle à ce frère qui l'a sauvé. Une très belle nouvelle.

Le dernier récit "Dans la nuit Mozambique" est empreint de nostalgie. Dans le souvenir des précieuses rencontres de quatre amis, le lecteur plonge à son tour dans cette histoire de crime que le narrateur tenait à élucider...




Commentaires

  1. du coup je me sers de la première nouvelle pour mes cours, les élèves adorent ! Moi aussi j'ai relu Cris à la suite, je ne m'attendais pas à retrouver ces personnages

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce doit être un support très porteur pour tes élèves!

      Supprimer
  2. Je dois le lire d'ici peu…Tu parles bien de GaudÉ, ma puce?

    RépondreSupprimer
  3. Je ne connaissais pas du tout mais ça a l'air d'etre une lecture vraiment intéressante. Merci de la découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis particulièrement sensible au charme de l'écriture de Gaudé. Ses nouvelles m'emballent aussi!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !