Chaleur du sang

d'Irène Némirovski

Quatrième de couverture:

Dans un hameau du centre de la France, au début des années 1930, un vieil homme se souvient. Après avoir beaucoup voyagé dans sa jeunesse, Silvio se tient à l'écart, observant la comédie humaine des campagnes, le cours tranquille des vies paysannes brusquement secoué par la mort et les passions amoureuses.
Devant lui, François et Hélène Érard racontent leur première et fugitive rencontre, le mariage d'Hélène avec un vieux et riche propriétaire, son veuvage, son attente, leurs retrouvailles. Lorsque leur fille Colette épouse Jean Dorin, la voie d'un bonheur tranquille semble tracée. Mais quelques mois plus tard, c'est le drame. La noyade de Jean vient détruire la fausse quiétude de ce milieu provincial. L'un après l'autre, les lourds secrets qui unissent malgré eux les protagonistes de cette intrigue vont resurgir dans le récit de Silvio, jusqu'à une ultime et troublante révélation...


Mon avis:

Pris par hasard dans la bibliothèque de Megève pendant les vacances, je ressors de la lecture de ce roman avec l'agréable sensation d'avoir découvert un auteur de qualité dont j'ignorais l'existence.

Ce roman a une histoire particulière puisque découvert et reconstitué près de 70 ans après son écriture. La préface d'O. Philipponnat et P. Lienhardt m'a beaucoup plu. Elle m'a permis de replacer le texte dans l'oeuvre de l'auteur et de comprendre les différents liens avec ce thème ,qui lui est cher de "chaleur du sang" ou ce qui brule dans notre corps et dans notre coeur avec la jeunesse.

J'ai très rapidement accroché à cette histoire habilement racontée du point de vue du cousin Sylvio, qui entend presque tout. Avec l'âge, le désir l'a quitté, il n'est plus qu'un corps froid ayant tout oublié des ardeurs de la jeunesse. Ici, c'est le coeur de Colette, 20 ans, qui s'emballe, faisant ressurgir les tourments de la passion alors que pour ses parents, couple modèle, tout paraît si simple. Mais qu'en est-il des tourments et des passions de leur propre jeunesse, celle d'Hélène, de François et de Sylvio?Le recul d'une génération par rapport à l'autre, la distance, l'incompréhension aussi due à ce qu'on a oublié avoir vécu quand cette chaleur du sang qui nous entraînait sans réfléchir dans la passion s'est dissipée avec l'âge!

Un très belle découverte.

"Chacun doit vivre et souffrir par lui même. Le plus grand service que nous puissions rendre à nos enfants, c'est de leur laisser ignorer notre propre expérience."


 


Commentaires

  1. Je ne connais pas cette auteure mais tu donnes envie de lire ce livre, je le note ;)

    RépondreSupprimer
  2. J’ai été lire qui était l’auteur sur son site officielle.
    Une vie peu banale mais très, trop courte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, j'en ai appris un peu dans la préface justement.

      Supprimer
  3. Coucou Piplo !
    Désolée je n'ai pas été très présente ces temps-ci... concernant le lièvre de Vatanen, impossible de remettre la main sur le livre!!! j'ai dû le prêter à quelqu'un... donc toujours pas lu! snif! il était bien ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de soucis!!! Bof bof bof pour le Paasilinna, ne regrette rien!!! On se fait une autre LC bientôt!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !