Un fils en or

de Shilpi Somaya Gowda

Quatrième de couverture:

Anil est un jeune Indien qui commence des études de médecine dans le Gujarat puis part faire son internat aux États-Unis. Sa redoutable mère rêve pour lui d’une union prestigieuse. Or, depuis qu’il est petit, elle le sait très proche de Leena, la fille d’un métayer pauvre. Quand celle-ci devient une très belle jeune fille, il faut l’éloigner, en la mariant au plus vite. 

Les destins croisés d’Anil et de Leena forment la trame de ce roman – lui en Amérique, qui est loin d’être le paradis dont il rêvait ; et elle en Inde, où sa vie sera celle de millions de femmes victimes de mariages arrangés. Ils se reverront un jour, chacun prêt à prendre sa vie en main. Mais auront-ils droit au bonheur?


Mon avis:

Ce roman m'a plongée dans un univers qui m'était complètement étranger, me confrontant aux codes, aux traditions et aux croyances indiennes.

Il y a beaucoup de non-dits dans les familles que nous rencontrons, beaucoup de pression aussi, sans que les attentes soient toujours clairement exprimées. Anil est l'ainé, il se doit de réussir pour montrer qu'il n'est pas parti pour rien. Mais il doit aussi assurer l'héritage de son père, ce rôle de sage qui aide sa famille à prendre les décisions et qui lui revient après la mort de son père. Sa mère pense que sa place est auprès d'eux, mais il tient bon et veut aller au bout de son rêve.
Il y a beaucoup de malentendus aussi. Chacun porte tant pour pouvoir honorer sa famille, son nom. Bien évidemment ce qui pèse sur les femmes est tel que personne ne les défend lorsqu'elles vivent l'inacceptable. Leena en est le parfait exemple. Même si le système des dots est interdit, la tradition perdure, mettant ceux qui la versent autant dans l'illégalité que ceux qui la touchent. Comment alors sortir sa fille de l'enfer qu'elle pense presque mériter. J'ai trouvé l'expérience de Leena d'autant plus révoltante qu'elle ne parait pas exceptionnelle. La maltraitance physique ou mentale, le mépris et la violence étant le prix à payer pour beaucoup de ces femmes victimes de mariages arrangés.

J'ai pensé à Americanah à plusieurs reprises lors de ma lecture car ici aussi l'Amérique est beaucoup rêvée, l'adaptation difficile tant les codes sont différents. Et puis c'est également une histoire d'amour finalement!

J'ai trouvé les personnages secondaires extrêmement attachants tant parmi les amis qu'Anil se fait en Amérique, ses colocataires ou son premier flirt, que dans le village indien, sa petite soeur notamment. J'ai trouvé difficile de supporter ce qu'endure Leena et les extrémités auxquelles sa famille en est réduite alors qu'Anil ignore encore tout. Difficile également de ne pas lui en vouloir même s'il ne peut savoir.

Si la fin n'est pas celle que j'espérais, j'ai trouvé bien traitée cette partie de l'histoire, la façon dont nos deux héros voguent un moment sur un rêve commun avec ce dispensaire qui prend forme entre les premières poteries ratés de la main de Leena qui se reconstruit et les médicaments rapportés par Anil qui veut aussi aider son pays. Mais si leur amour est sincère, leur vie à chacun est ailleurs.

Un très beau roman, juste et fort que je conseille vivement!

Je remercie les éditions Folio pour ce partenariat!

Commentaires

  1. C'est le deuxième avis très positif que je vois sur ce livre. Je commence à vraiment avoir envie de le lire !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !