Petits miracles au bureau des objets trouvés

de Salvatore Basile

Ce roman est comme un charme lancé par l'auteur qui opère tout doucement, comme un baume dont les effets se font sentir au fil des pages. 

On rentre petit à petit dans l'histoire de ce jeune homme, Michele, prisonnier de son passé, incapable de franchir la porte de la gare sur laquelle il veille depuis des années. L'abandon de sa mère et l'attitude de son père l'ont figé dans un état de solitude dont il se satisfait jusqu'à l'arrivée d'Elena. Elle vient chercher un objet perdu dans le train et va bousculer la vie de notre héros. 

J'ai beaucoup aimé le personnage d'Elena, sa générosité, sa vision de la vie et ses failles bien sûr. 
J'ai lu trop de Thilliez pour que cette petite poupée prêtée par sa soeur jumelle ne me livre pas tout de suite son secret, mais je n'en ai pas moins apprécié tout le roman. 
Michele va se confronter au monde, accepter le défi d'Elena et partir à la recherche de sa mère. J'ai aimé ce cadre dans l'Italie profonde et cette justesse de ton dans les rencontres qu'il fait au cours de sa recherche. Et puis cette famille qu'il découvre et qui l'accueille à bras ouverts. J'ai particulièrement été touchée par ce petit garçon qui croit dur comme fer à l'ours polaire que son père a vu dans la montagne. Une histoire qui résonne pour Michele.

Un roman tout en douceur, qui plonge profondément dans le coeur du lecteur et qui, malgré la réalité parfois dramatique de la vie qu'il dépeint, fait vraiment beaucoup de bien. Un très bon moment de lecture!

Présentation de l'éditeur:

Dans une petite gare italienne, Michele collectionne les objets trouvés. Depuis trente ans, le jeune gardien n’a jamais quitté ce lieu où, enfant, il a vu sa mère disparaître en emportant comme seul souvenir son journal intime. Un jour, Elena, une jeune femme à la vitalité exubérante, déboule dans sa vie comme un tourbillon et vient briser sa solitude. Mais la peur d’un nouvel abandon paralyse Michele. Jusqu’à ce qu’il découvre, coincé entre deux sièges d’un wagon, le journal intime de son enfance…


Je remercie les éditions Folio pour ce partenariat!

Commentaires

  1. Comment ne pas avoir envie de lire ce livre après une telle chronique ? Ce n'est pourtant pas forcément mon style de lecture habituel...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, c'est gentil. Je lis peu de romans de ce type mais j'y ai pris beaucoup de plaisir!! Un petit changement de temps en temps apporte parfois de belles surprises!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !