Le Turquetto

de Metin Arditi

Quatrième de couverture:

Se pourrait-il qu'un tableau célèbre - dont la signature présente une anomalie chromatique - soit l'unique oeuvre qui nous reste d'un des plus grands peintres de la Renaissance vénitienne : un élève prodige de Titien, que lui-même appelait "le Turquetto" (le petit Turc) ? Metin Arditi s'est intéressé à ce personnage.
Né de parents juifs en terre musulmane (à Constantinople, aux environs de 1519), ce fils d'un employé du marché aux esclaves s'exile très jeune à Venise pour y parfaire et pratiquer son art. Sous une identité d'emprunt, il fréquente les ateliers de Titien avant de faire carrière et de donner aux congrégations de Venise une oeuvre admirable nourrie de tradition biblique, de calligraphie ottomane et d'art sacré byzantin.
Il est au sommet de sa gloire lorsqu'une liaison le dévoile et l'amène à comparaître devant les tribunaux de Venise... Metin Arditi dépeint à plaisir le foisonnement du Grand Bazar de Constantinople, les révoltes du jeune garçon avide de dessin et d'images, son soudain départ... Puis le lecteur retrouve le Turquetto à l'âge mûr, marié et reconnu, artiste pris dans les subtilités des rivalités vénitiennes, en cette faste période de la Renaissance où s'accomplissent son ascension puis sa chute.


Mon avis:

J'ai eu un énorme coup de coeur pour ce roman. Je l'ai lu il y a un moment déjà et j'ai eu du mal à en faire un billet tant je l'ai trouvé incroyable (pourtant je l'ai intégralement raconté à mon mari en rentrant, puis à mes parents quand ils sont venus...) 

Le roman s'appuie sur l'histoire mystérieuse d'un tableau  l"Homme au gant" de Titien. En effet, le roman s'ouvre sur une analyse de ce tableau mettant en doute son origine. On suit ensuite le parcours d'un gamin, artiste né, quittant Constantinople pour Venise afin de vivre sa passion. Il va être l'élève de Titien et devenir un peintre prodige de la Renaissance. 

Metin Arditi nous plonge avec beaucoup de talent dans un univers où l'origine, la naissance, la religion ouvrent ou ferment les portes de notre Turquetto. Mais notre héros, profondément passionné, sera capable de tous les sacrifices, brisant tous les tabous pour peindre, et donc vivre. 

C'est un livre incroyable sur l'art et sa portée dans un contexte religieux. J'ai adoré notamment le passage où il se lâche en secret sur cette toile grandiose, commande d'une des loges de la haute société vénitienne et la réaction qu'elle suscite. Et puis sa chute bien sûr car le voile se lève sur ses origines. 
L'auteur nous prend au tripes avec son procès et puis la sentence bien sûr.

Je ne crois pas pouvoir dire que ce Turquetto m'a paru particulièrement sympathique mais il était vraiment passionnant de suivre les chemins qu'il a pris pour pouvoir pratiquer son art. Dans la misère ou l'opulence. Ici ou ailleurs.

C'est un superbe roman à lire, offrir et partager!


Commentaires

  1. Un auteur que je dois encore découvrir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et moi je dois lire un autre roman de lui!!

      Supprimer
  2. J'aime bien la période, je note surtout parce que tu as l'air d'avoir eu un coup de coeur !

    RépondreSupprimer
  3. Comment se fait-il qu'il ne soit pas dans ma PàL?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !