Du vent

de Xavier Hanotte


Quatrième de couverture:


Et si la littérature était davantage que du vent ?Dans une ville portuaire, le lieutenant Bénédicte Gardier vient prendre ses nouvelles fonctions au sein d'un important dépôt stratégique. Tandis qu'elle gagne son hôtel, comment se douterait-elle des ennuis qui l'attendent ? Dans le port sicilien de Lilybée, le triumvir Lépide débarque avec ses légions. Il vient prêter main forte à son collègue Octave, dont l'ambition démesurée commence à l'inquiéter. Pourquoi ne prendrait-il pas enfin la part de pouvoir qui lui revient ?
Entre ces deux débuts d'histoires, quel lien ? Leur auteur ! Le romancier Jérôme Walque s'est lancé dans une double entreprise de narration. Seulement voilà... La littérature serait-elle davantage que du vent ? Quand les récits se mettent à déborder sur la réalité et que de mystérieux personnages, éditeurs ou policiers, s'en mêlent, Jérôme commence à douter.


Mon avis:

La forme de ce roman est très originale. L'auteur nous ouvre autant de pistes que d'amorces de romans ou de situations différentes et nous pousse à la réflexion car on ne peut que chercher à comprendre où est la limite entre la fiction et le réel et quel est le sens de cette mise en perspective de certains personnages.

Un même auteur Jérôme, sérieux, passionné et appliqué nous offre donc la lecture de deux de ses textes. L'un, sur Lépide, étant le grand projet de sa vie, l'autre une commande de son ami Jérémie, dans le pétrin comme d'habitude car incapable de tenir ses engagements d'écrivain.

J'ai beaucoup apprécié le texte sur Lépide. J'ai trouvé que le style allait bien à ce contexte, et moins au premier roman dans lequel j'ai trouvé les descriptions de ligotage longues et finalement pas ambigües du tout. J'ai également trouvé très intéressants les rapports entre les deux romanciers Jérémie et Jérôme. Même si le premier parait presque maltraitant et méprisant vis à vis du second qu'il utilise sans cesse, on se rend compte de la complexité de leur relation et de ce que notre Jérôme finalement y puise. J'ai eu plus de difficulté à saisir réellement la place de l'éditeur et la réflexion qu'il suscite sur les attentes de chacun dans le milieu de la littérature: auteur, lecteur, éditeur.

La fin m'a plu car elle redonne un peu de relief à la première histoire qui me paraissait assez fade. L'auteur joue avec les limites de son (ses) roman(s) et nous perd pour mieux nous faire comprendre le sens de tout cela: du vent!

Je remercie les éditions Belfond pour ce partenariat. La fiche du livre est ici: Du vent.

Commentaires

  1. Bonsoir Piplo, après Keisha http://enlisantenvoyageant.blogspot.fr/2016/12/du-vent.html , tu es la deuxième personne à écrire relativement du bien sur ce roman. Je l'ai noté. Bonne fin de soirée et bon réveillon de fin d'année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Dasola! tous mes voeux pour 2017!!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !