Un si long chemin jusqu'à moi

de Fabienne Périneau


Quatrième de couverture:

Tout commence à Roissy, ce fameux jour de 2010 où un volcan islandais au nom imprononçable, l’Eyjafjöll, s'est brusquement réveillé, interdisant tout trafic aérien. Ce jour-là, Arielle, restauratrice de tableaux, devait s’envoler pour le Japon. Elle vit depuis des années sous la coupe de son mari, un obstétricien de renom, qui l’a isolée de ses amis, poussée à abandonner son métier et à prendre des médicaments pour la calmer, dit-il… D’autant que Daniel, son frère jumeau, son confident, est mort brutalement il y a quelques mois. Dans le chaos de l'aéroport un homme, Jack, séduisant et étonnamment généreux, propose de la ramener à Paris. 
Cette rencontre est-elle l’amorce d'une renaissance pour Arielle? 
Quel chemin Arielle empruntera-t-elle pour sortir de son chagrin et de l’enfermement dans lequel son mari la maintient depuis des années?


Mon avis:

Ce roman s'ouvre sur une rencontre. Arielle n'est plus que l'ombre d'elle même, rongée par le deuil de son frère, de son jumeau. Alors qu'elle s'effondre sous le regard de son mari qui est loin d'être compréhensif, un homme leur propose son aide.

Petit à petit, page après page, Arielle nous livre un peu de son histoire. On voit chaque fragment de sa vie qui s'étiole, sa passion pour l'art, l'amour de son travail, sa confiance en elle, l'amitié. Peu à peu on réalise l'emprise de son mari et la façon dont elle s'est désagrégée à son contact. Il ne reste plus assez d'elle pour tenir quand la moitié de son corps, de son coeur lui est arraché. N'ayant pas lu la quatrième de couverture, j'ai un moment pensé qu'elle avait perdu un enfant. Un deuil périnatal peut-être. J'ai trouvé extrêmement dur dans ce roman, de mesurer combien elle était isolée. son frère disparu ne faisait presque plus parti de sa vie. Trop important pour elle, donc trop menaçant pour son mari.

J'ai trouvé ce livre très bien écrit, mais je ne peux pas dire que je l'ai aimé. Cela a été trop dur pour moi car j'ai cru à cet espoir que représente Jack. Des regards, des sourires, un corps qui se réveille. Qui se remet à vivre. Jack lui rend peu à peu des bribes de ce qu'elle a été et j'ai pensé qu'Arielle pourrait revivre enfin. Pourtant le livre ne nous ferme pas à tout espoir. Au contraire même, il se termine sur cette possibilité de se retrouver elle-même. Elle se libère, oui. Mais je ne me suis pas remise de ma déception vis à vis du rôle de Jack, de ce qu'il a reconnu en elle lors de cette rencontre à l'aéroport. Le livre s'est terminé si vite après ces révélations, cette déception aussi et je n'ai pas réussi à m'en remettre...

Je remercie les éditions Denoël pour ce partenariat.
 Sortie: septembre 2016 

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !