L'enfant qui criait au loup

de Gunnar Staalesen


Quatrième de couverture:

Avant d’être détective privé, Varg Veum travaillait à la Protection de l’enfance. Trop idéaliste et entier, il avait fini par en être renvoyé. Parmi les enfants qu’il avait essayé d’arracher à un destin déjà écrit figurait Janegutt, dont il s’était occupé à plusieurs reprises. Aujourd’hui devenu adulte et accusé du meurtre de ses parents adoptifs, Janegutt est retranché dans un fjord et ne veut parler qu’à une seule personne : Varg Veum.

Mon avis:

J'ai pris beaucoup de plaisir à la lecture de ce roman. J'y ai découvert un enquêteur assez différent de ceux qu'on trouve dans les polars et ce tome, bien que le 12ème de la série, me paraît être idéal pour faire la connaissance de Varg Veum. En effet, l'intrigue nous fait faire un bon dans le passé en faisant remonter à la surface les souvenirs de notre détective. A l'origine de ce saut dans le temps, la volonté d'un jeune homme retranché avec otage suite à un double meurtre sanglant et qui demande à lui parler.

On le découvre donc des années plus tôt alors qu'il est encore travailleur social. On entrevoit la dureté de ce métier, les bonnes intentions qui n'empêchent pas les victimes. Combien d'enfants sauvés ? En tout cas pas le petit Janegutt. Dans l'attente d'un foyer, ce petit garçon, déjà témoin de bien des drames, va vivre quelques mois auprès de Veum et le considérer comme un référent fort. La vie ne lui épargne rien et leurs routes se croisent à nouveau. Son père adoptif meurt dans des conditions peu claires et son témoignage : « C'est maman qui l'a fait. » est troublant. Des années plus tard ce sont à nouveau ses parents adoptifs (d'autres) qui sont assassinés. Il est cette fois assez grand pour en porter la responsabilité.

Le roman est très bien construit car on se prend d'affection pour ce petit garçon victime de traumatismes dès sa plus tendre enfance alors même que le doute grandit et qu'on pense possible qu'il ait lui même poussé son père adoptif dans l'escalier. On souhaite que Veum le sorte de là même si on n'arrive pas à le penser complètement innocent. C'est dans cette ambivalence que se trouve aussi notre héros. Il n'arrive pas à tenir ses promesses et malgré ses recherches, il échoue à remonter le fil de ces meurtres. Pourtant les autres pistes nous paraissent solides. Cet avocat qui a l'air de bonne foi et réellement soucieux de Janegutt et qui est lui aussi présent à chaque tournant de sa vie. Ses mères qui, malgré leurs sacrifices, sont toujours restées près de lui d'une certaine manière. Ce « beau-père » violent et impliqué dans des trafics plus que douteux. Veum fait des liens entre les différents protagonistes, remonte des pistes, touche presque une trame cohérente...
C'est à lui que Janegutt va maintenant demander des comptes...


La fin du roman a vraiment été à la hauteur de mes attentes. J'ai beaucoup aimé ces dernières lignes qui nous donnent toutes les réponses tout en nous laissant un peu dans l'expectative. Est-ce le dernier tome de la série ?

Je remercie les éditions Folio pour ce partenariat!

Commentaires

  1. Bonsoir Piplo, non, ce n'est pas le dernier avec Varg Veum. Il en a encore au moins un: Coeurs glacés. J'aime beaucoup le personnage de Varg Veum. Bonne fin d'après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah merci beaucoup Dasola!!! Je me demandais vraiment avec cette fin...
      Suis contente que tu aies pris le temps de me rassurer!!

      Supprimer
  2. J'hésitais à choisir ma future lecture! Grâce à ton avis, c'est fait!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !