Le lagon noir

de Arnaldur Indridason


Quatrième de couverture:

Reykjavik, 1979. Le corps d'un homme est repêché dans ce qui va devenir le lagon bleu. Il s'agit d'un ingénieur employé à la base américaine de l'aéroport de Keflavik. Dans l'atmosphère de la guerre froide, l'attention de la police s'oriente vers de mystérieux vols effectués entre le Groenland et l'Islande. Les autorités américaines ne sont pas prêtes à coopérer et font même tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher la police islandaise de faire son travail. Dans un climat de tension, conscients des risques qu'ils prennent, Erlendur et Marion Briem poursuivent leur enquête avec l'aide d'une jeune femme noire, officier de la base.


Mon avis:

Je n'avais pas lu d'Indridason depuis un moment et j'ai retrouvé avec plaisir l'atmosphère calme et particulière des enquêtes d'Erlendur. Cette lenteur, l'importance donnée aux disparus, aux affaires classées, oubliées...

Cette quatorzième enquête d'Erlendur nous fait faire un saut dans son passé, alors qu'il est fraichement arrivé à la brigade d'enquête criminelle. Le corps a été retrouvé dans un lagon, il s'agit manifestement d'un meurtre, la victime ayant fait une chute vertigineuse. Mais dans l'ambiance de guerre froide de l'époque, l'Islande étant divisée par la présence de bases militaires américaines, il n'est pas évident pour nos deux policiers islandais de chercher des éléments sans entrer sur la base ou interroger les citoyens américains. Une jeune militaire américaine, Caroline, va se laisser convaincre de les aider. Affaire d'espionnage, de dette, de dealer, ou de jalousie....
En parallèle, Marion pousse Erlendur à agir, à faire quelque chose devant son obsession des disparitions. A force d'opiniâtreté il va enfin découvrir ce qu'il est advenu de cette jeune fille disparue sur le chemin de l'école il y'a 25 ans. C'est ce versant de l'histoire, coldcase dans le froid islandais, qui m'a le plus plu. J'aime ce que notre héros nous révèle sur lui dans sa manière de chercher la moindre piste et de ne rien lâcher.

Commentaires

  1. Je n'en ai pas lu beaucoup, j'ai donc presque tout à découvrir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une ambiance à part, lente et froide!!

      Supprimer
  2. Je l'ai écouté en audiolib et il m'a déçue par rapport aux autres romans : l'aspect historique apparaît très peu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai lu que la femme en vert et je n'avais pas perçu d'aspect historique... Il y en a peut être davantage dans les autres romans.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !