Americanah

de Chimamanda Ngozi Adichie


Quatrième de couverture:

Ifemelu quitte le Nigeria pour aller faire ses études à Philadelphie. Elle laisse derrière elle son grand amour, Obinze, éternel admirateur de l’Amérique, qui compte bien la rejoindre. Mais comment rester soi lorsqu’on change de pays, et lorsque la couleur de votre peau prend un sens et une importance que vous ne lui aviez jamais donnés? 


Mon avis:

J'avais déjà offert ce livre (conseillé par ma libraire) à une amie qui l'avait d'ailleurs déjà lu en anglais et m'avait dit combien il était exceptionnel mais je n'avais pas encore eu l'occasion de le lire. C'est chose faite maintenant et je dois dire que je comprends son coup de coeur. Ce roman est intelligent, fin, incroyablement bien écrit, riche et en plus de tout l'éclairage qu'il apporte sur la notion de point de vue et de race, c'est un très beau roman d'amour.

Et il faut dire que ça, je ne m'y attendais pas. Quand le roman s'ouvre, notre héroïne est depuis longtemps en Amérique, elle saisit que l'heure est venue pour elle de rentrer au Nigeria, et reprend contact avec son amour de jeunesse. On découvre alors au fil des pages Ifemelu et Obinze, deux personnages auxquels je me suis très vite attachée. Leur rencontre, leur passion, leurs rêves d'ailleurs.

C'est Obinze qui est fou d'Amérique mais c'est Ifemelu qui aura l'opportunité de s'y rendre. Persuadée qu'il la rejoindra bientôt elle s'envole vers un autre monde aux codes si différents. Si elle retrouve là-bas sa tante Uju et son très cher cousin Dike auxquels elle tient beaucoup, de nombreuses désillusions l'attendent. Mais c'est aussi une autre réalité qu'elle prend de plein fouet là-bas, une notion imperceptible en Afrique, celle de la race. Ainsi en cours, on lui demande de s'exprimer sur un sujet en donnant l'avis d'une noire... Le texte est ponctué d'articles du blog qu'elle a tenu pendant des années : Comprendre l'Amérique pour les noirs non américains. Le ton de ses billets est acéré, mais pas dénué d'humour. On y découvre le décalage qui existe entre les Africains qui arrivent sur le sol et les afro-américains, la façon dont les années d'oppression et de ségrégation ont modifié la donne, forgé les mentalités et installé un racisme ambiant accepté de tous.

Obinze aura quant à lui l'opportunité de se rendre en Angleterre, comme Ifemelu il est doté d'un visa d'étudiant et n'a pas le droit de travailler, mais ne pouvant payer ses études, l'un comme l'autre doivent travailler illégalement pour survivre. Derrière le rêve d'une réussite à l'étranger, l'auteur nous dévoile aussi la réalité de l'exploitation et de la misère de ces travailleurs clandestins. C'est dans cette détresse qu'Ifemelu perd une partie d'elle-même et se sentant salie, coupe tout contact avec l'amour de sa vie.

Le temps passe, on suit leur parcours, leurs drames, leurs choix de vie en espérant les voir se retrouver enfin...

Un livre fort, qui nous ouvre les yeux tout en nous faisant vibrer. A découvrir absolument !

Je remercie les éditions Folio pour ce partenariat!

Commentaires

  1. J'ai justement publié mon billet hier. Un gros coup de Coeur pour moi aussi. Je vais lire les autres romans de cette auteur dont il faut beaucoup plus parler !!!!

    RépondreSupprimer
  2. Tu n'es pas la seule à avoir aimé et j'en suis à la moitié...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu as aimé la seconde moitié, je vais aller lire ton avis...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !