Là où naissent les ombres

de Colin Winnette


Quatrième de couverture:

Brooke et Sugar se disent frères et sont chasseurs de primes. Partout où ils passent, ils sèment effroi et désolation. Contraints de quitter la ville après une tuerie particulièrement violente, ils se réfugient dans les bois. Un matin, à leur réveil, ils trouvent à leurs côtés un mystérieux garçon amnésique. Ils l’appellent Bird et en font leur mascotte. Lors d’une expédition punitive dans un village, les deux frères sont capturés par la police locale et mis en prison. Brooke parvient à s’enfuir, mais Sugar, sorte de bête humaine, sale et effrayante, reste derrière les barreaux.


Mon avis:

Ce roman nous plonge dans une atmosphère très particulière. Une lecture pas facile dans laquelle le lecteur ne sait pas trop où et quand il se trouve tant les scènes paraissent parfois hors du temps. Un western sans nul doute, ce qui nous aide à nous situer. Mais la violence et la folie omniprésentes nous font perdre les repères. Cela est fait avec beaucoup de talent, ce qui rend le tout fort mais indescriptible comme un bon film de Tarentino!  (J'ai pensé à ce réalisateur à de nombreuses reprises lors de ma lecture et en lien avec des films très différents, de son dernier western dans la neige à ses premiers films...)

Parce qu'il a des choses qui touchent, un écheveau d'impressions, de sentiments qui filtrent derrière cette ambiance glauque. Qu'on soit auprès de ces frères aux rapports particuliers (y a-t-il réellement un mot pour décrire ce que le lecteur peut percevoir, comprendre du lien qui les unit? Ce qui peut paraître violent, dégoutant, prend un sens tout autre quand on essaie d'imaginer ce que Sugar a pu vivre ou ressentir...), ou auprès de ce petit garçon Bird qui traverse aussi l'horreur (et pas qu'une fois...), on vit des situations extrêmes dans un milieu extrêmement hostile. Chacun cherche simplement à survivre avec les moyens à sa disposition.

Finalement l'auteur réussit avec brio à nous mettre à la place de chacun pour nous faire comprendre à la fois sa souffrance et sa folie.
Une lecture intense dont on ne sort pas indemne!

Je remercie les éditions Denoël pour ce partenariat.

Traduit par Sarah Gurcel - Sortie : Avril 2016.

Commentaires

  1. je t'ai nominée au liebster award sur mon blog, si tu en as envie bien sûr !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !