Le liseur du 6h27

de Jean-Paul Didierlaurent

Quatrième de couverture:

Guylain Vignolles est préposé au pilon et mène une existence maussade et solitaire, rythmée par ses allers-retours quotidiens à l’usine. Chaque matin en allant travailler, comme pour se laver des livres broyés, il lit à voix haute dans le RER de 6H27 les quelques feuillets qu’il a sauvé la veille des dents de fer de la Zerstor 500, le mastodonte mécanique dont il est le servant.
Un jour, Guylain découvre les textes d’une mystérieuse inconnue qui vont changer le cours de sa vie…


Mon avis:

J'ai passé un très bon moment aux côté de ce héros atypique Guylain Vignolles, très tôt sujet aux moqueries à cause de ce nom auquel tout le monde associe la contrepèterie Vilain Guignol. On plonge avec lui dans une vie triste et monotone dans une usine. Chaque jour il s'occupe d'une machine qui broie des tonnes de livres et ce sacrilège lui est à chaque fois douloureux. Alors qu'il est au coeur de cette machine pour la nettoyer, il récupère les quelques pages miraculées, les garde précieusement et les lit ensuite le lendemain dans le RER.
J'ai aimé sa façon de tenir et de s'accrocher dans un travail qui ne lui permet pas de s'épanouir. On sent le poids d'une vie pas choisie. Puis il trouve un clef USB dans le RER, à l'intérieur des textes, journal intime d'une inconnue. 
Sa vie bascule! 
Un joli roman simple qui fait du bien.




Commentaires

  1. c'est ça, un roman qui fait du bien. A bien y regarder rien de très originale, le livre est au coeur du roman ainsi que les relations humaines. Mais on en ressort content !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, c'est exactement ça, un bon moment de lecture, original en plus et poétique par moments!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !