Ne t'approche pas

de Luana Lewis


Quatrième de couverture:

Depuis trois ans, Stella, psychologue, vit recluse chez elle. Souffrant d’une agoraphobie sévère, elle se sent à l'abri dans cette maison isolée qu’elle partage avec son mari, Max. Mais lorsque la jeune Blue frappe à sa porte, avec ses grands yeux effrayés et ses tristes histoires, le monde que Stella a mis tant de temps à construire commence à s’effondrer… 
Derrière le masque de l’adolescente se cache une redoutable manipulatrice. Blue va porter un coup fatal à l’équilibre fragile qui régit la vie de Stella, l’obligeant à se confronter aux traumatismes de son passé et aux secrets qui pèsent sur son mariage.



Mon avis:

J'ai toujours trouvé un peu particulier de suivre de si près l'héroïne d'un thriller quand on sait qu'elle est instable. Le lecteur est lui aussi perdu entre la peur ressentie par l'héroïne et l'angoisse que sa vision des faits ne soit pas la réalité. On est donc d'autant plus mal à l'aise qu'on ne sait à qui se fier!

Ici c'est Stella que l'on suit. Les différents chapitres font se succéder différents points de vue et alors que le roman s'ouvre sur un femme paranoÏaque et angoissée qui vit enfermée chez elle et doit se faire violence pour laisser entrer une gamine qui est gelée devant sa porte, des incursions dans le temps nous font comprendre peu à peu comment elle en est arrivée là. On en apprend aussi davantage sur Blue, la jeune fille qui s'est invitée chez elle.

S'il est dur de s'attacher au personnage de Stella (parfois si passive) ou à celui de Max, très distant et inaccessible (pour nous aussi) j'ai beaucoup apprécié la présence de Peter, et c'est par son biais que j'ai pu finalement m'attacher à Stella et voir les efforts quasi désespérés qu'elle arrive à faire pour sortir de son état malgré tout.
La pression monte petit à petit dans le roman car on voit venir le drame. Vu l'état actuel de notre héroïne, on a peur que soit commis l'irréparable même si on sait qu'on n'y échappera pas.
En plus de cela, l'auteur arrive à nous faire douter de tout. Stella, Max, Blue. Peut on se fier aux perceptions de Blue? A celles de Stella? Que croire? On sent que tout peut basculer et qu'on ne maîtrise rien.

Je n'ai d'ailleurs pas vu venir le dénouement (malgré mes doutes constants) et je regrette quand même un peu que le roman se soit achevé si vite après. La fin est symbolique, mais j'aurai apprécié d'en savoir un peu plus sur ce qu'il advient de chacun.


Je remercie les éditions Denoël pour ce partenariat.
Traduit par  Perrine Chambon et Arnaud Baignot -  Sortie: 18 février 2016

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !