Le fléau

de Stephen King


Quatrième de couverture:

Malgré toutes les précautions, un virus s'échappe d'un centre de recherches de l'armée américaine. Son taux de contamination serait de 99.4 %. Une épidémie de "super-grippe" se répand alors, d'abord en Amérique, puis dans le monde entier. La civilisation s'effondre, totalement ravagée. Seuls une poignée de survivants naturellement immunisés au virus parviennent à survivre.
Les survivants commencent à avoir des rêves. Certains voient une vieille femme, Abigaël, d'autres un Homme Noir, sans visage et ténébreux : Randall Flagg. Autour de ces deux figures vont se constituer deux communautés, qui vont s'affronter, répétant la perpétuelle lutte entre le Bien et le Mal. La Mère Abigaël va devenir le guide spirituel de l'une des deux factions et les conduire jusqu'à la ville de Boulder, dans le Colorado, où ils vont s'évertuer à rebâtir une société. De son côté, Flagg a rassemblé ses partisans à Las Vegas où il fait régner l'ordre et la discipline, utilisant les moyens les plus extrêmes comme punition pour les contrevenants.


Mon avis:

Ces trois tomes m'avaient beaucoup marquée quand je les ai découverts il y a presque vingt ans. J'ai l'impression qu'ils m'ont accompagnée toutes ces années, avec cette sensation de dualité. Bien des situations, des romans, des films m'ont fait penser à cette opposition entre Randall Flagg et Mère Abigaël. Des coups de coeur à l'époque dont j'ai beaucoup apprécié la relecture. 
J'ai été surprise de me souvenir de si peu de choses avant de tourner les pages. Les nombreux personnages ne me redevenaient familiers qu'au fur et à mesure. Seule la perception de l'homme en noir, entretenue par mes lectures de la Tour Sombre, et la vision de Mère Abigail dans le champ de maïs étaient restées aussi claires que les rêves de nos héros au réveil! Ces deux personnages sont pourtant loin de prendre la première place dans le roman et j'ai redécouvert toute une panoplie de personnages qui réagissent tant bien que mal face à l'horreur. Loyd et la Poubelle du côté obscur de la force, Frannie, Stu, Nick et Larry de l'autre. Et puis bien sûr Harold et Nadine quelque part entre les deux... 

J'ai réalisé tout de même que King avait rajouté avec la maturité une autre dimension à ses personnages, que la complexité des situations, l'entre-deux justement mais aussi l'amour, le devoir, les regrets sont plus présents ou plus finement traités dans ses romans plus récents. On retrouve dans Dôme notamment des éléments déjà chers à l'auteur dans le Fléau, on reconnait les traits de caractères de personnages soumis à une pression et à des situations extrêmes et on voit que sa vision des choses est plus complexe qu'à l'époque (moins simpliste, sans déprécier son écriture des débuts dont je suis tout aussi fan!)

J'ai pris beaucoup de plaisir à nouveau avec ces 3 livres. Le fléau est un  incontournable du maître à découvrir si vous ne l'avez jamais lu!


Commentaires

  1. Je ne les ai jamais lu ceux-là, je les note^^
    Je te souhaite une excellente année 2016 piplo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Kincaid. Ces tomes du Fléau sont incontournables!!!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !