Aqua TM

de Jean-Marc Ligny


Quatrième de couverture:

En 2030, l'enjeu vital autour duquel se battent les peuples et les nations n'est plus le pétrole mais l'eau potable. Sécheresse et réchauffement climatique obligent. Aussi, quand un petit pays d'Afrique assoiffé découvre, grâce à une image satellite piratée, une nappe phréatique dans son sous-sol, c'est la survie assurée ! Assurée ? Pas évident : un grand consortium américain, à qui appartient le satellite, revendique la possession de cette nappe et ne recule devant rien pour l'obtenir. Chargés de convoyer du matériel de forage, Laurie et Rudy s'engagent dans une aventure dont ils sont loin de mesurer les conséquences. Dans cette lutte acharnée, sur fond d'harmattan et de tornades, tous les moyens sont bons, politiques et militaires, mais aussi la sorcellerie... surtout quand vient s'en mêler la Divine Légion, une secte apocalyptique qui voit dans le fils cloné du P.-D.G américain l'incarnation d'un nouveau Messie... ou bien de l'Antéchrist ?


Mon avis:

Je ne lis pas très souvent de la SF pourtant la quatrième de couverture m'avait donné très envie de découvrir ce roman et malgré les presque mille pages, je ne l'ai pas du tout regretté.

Ligny nous offre ici un excellent roman qui place le lecteur dans une situation de tension permanente et avec cette anticipation pas si lointaine (2030) où résonnent des souffrances on ne peut plus réalistes, il nous fait flirter tour à tour avec le dégout de l'homme et la prise de conscience.

Car les scènes qu'il nous décrit dans ce livre, cette famine, cette pauvreté extrême, ces réfugiés qui ont tout perdu, ne sont pas sans nous rappeler des images bien réelles de notre monde actuel.
La SF est surtout dans ces enclaves qui protègent ceux qui ont les moyens en leur assurant confort, eau et sécurité, même si au final personne n'est réellement à l'abri quand la Terre se déchaîne. L'anticipation est dans le dérèglement de la planète avec des variations de températures extrêmes, des catastrophes naturelles qui s'enchaînent et frappent partout. Mais la situation des "recos", des réfugiés, des habitants du Burkina Fasso font écho avec les atrocités de notre monde d'aujourd'hui.

Dans les premiers chapitres, j'ai eu du mal à me faire à l'idée que presque chaque nouveau personnags était voué à la mort, puis le rythme se stabilise et on perçoit les différents protagonistes.
Fuller, PDG d'une immense multinationale, qui a bien l'intention de s'approprier la nappe d'eau découverte par ses satellites au Burkina, et sa famille atypique.
Laurie, paumée dans ce monde qui n'a plus de sens pour elle et qui continue à se dévouer à l'humanitaire et son frère hacker de génie.
Rudy qui a tout perdu suite à un attentat de très grande envergure aux Pays-Bas et a soif de vengeance.
Fatimata, présidente et espoir du Burkina Fasso, pays le plus pauvre du monde, dans une situation de misère extrême, ainsi que ses fils et sa mère qui a "le don".

L'auteur mène tout ça avec brio. J'ai pensé à plusieurs reprises à Stephen King. Tout d'abord à cause de scènes très crues ou glauques autour de certains personnages importants, puis surtout devant le combat qui s'annonce peu à peu entre les forces du mal autour de la Divine Légion et Tony Fuller (Randall Flagg, sors de ce corps!) et celles du bien menées par  Hadé... (Abigael, est-ce bien toi?!?)

En plus de cette histoire qui fonctionne vraiment bien, il y a évidemment tout le versant prise de conscience écologique et politique nécessaire.
L'auteur met ici bien à mal tout notre système de valeurs car ce qui nous offusque si clairement dans ces pages, que cela concerne les réfugiés relégués aux travaux inhumains et parqués comme des bêtes, les sans-papiers esclaves de patrons peu scrupuleux, les homosexuels victimes de violences extrêmes, les petits africains au ventre gonflé et aux yeux plein de mouches, ne nous fait pas bouger le petit doigt quand nous en voyons défiler les images sur notre poste de télévision...

Un excellent roman, et une claque aussi! A lire pour les amateurs de SF, et les autres!

Je remercie Anne-Laure Boveron et les éditions Folio pour ce partenariat!

Commentaires

  1. Un livre que je ne connaissais pas, merci pour la découverte :) Une belle brique apparemment. En tout cas, tu m'as donné envie d'en savoir plus, ça a l'air d'être un livre dérangeant et intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça, tes deux adjectifs décrivent très bien l'ambiance. Un très bon roman!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !