Le fossoyeur

d'Adam Sternbergh


Quatrième de couverture:

«Tous les cimetières sont pleins, depuis longtemps.» Il se fait appeler Spademan, le Fossoyeur, presque un nom de super-héros. Vous ne saurez jamais son vrai nom. Il a été éboueur. Un jour, il a trouvé un bébé dans un sac-poubelle. Quelques années plus tard, sa femme est morte dans la série d'attentats radioactifs qui a vidé New York de ses habitants. C'était il y a longtemps : une autre vie. Maintenant, Spademan est tueur à gages. Il est resté dans les ordures, mais son salaire a considérablement augmenté. Il n'est pas sexiste : homme, femme, il s'en fout. Vos raisons, il s'en fout. D'ailleurs, le fric aussi il s'en fout. Et quand on lui demande de tuer la fille du richissime prédicateur T K Harrow, une gamine qui vient tout juste d'avoir dix-huit ans, il n'y voit aucun problème. Mais dans la toile de Harrow, pour la première fois de sa sinistre carrière, Spademan n'est pas la plus grosse araignée.

Mon avis:

Ce roman nous amène dans un futur dans lequel la plus recherchée des drogues est le rêve, la chance de s'échapper de ce monde pour vivre ses fantasmes, et même s'y installer!
Pour ceux qui affrontent plus ou moins la réalité, le quotidien s'avère assez glauque et c'est dans cet univers que vit notre héros, Spademan. Son métier : nettoyeur. Là où Léon disait "ni femme, ni enfant", lui n'a qu'un règle: celle des 18 ans révolus. Avec cette affaire qui lui tombe sur les bras c'est tout son système de survie qui s'ébranle. On retrouve l'idée du tueur à gage au passé sombre qui dévie de sa mission, et si ce n'est plus très original, l'auteur a tout de même créé ici un univers dans lequel la survie s'appuie sur d'autres règles. 
Le roman est assez prenant et se lit vite. J'ai apprécié le fait que malgré le sentiment de solitude dans lequel s'est enfermé Spademan il a quand même des gens sur lesquels il peut compter! Du côté des méchants, je suis assez sensible au riche gourou prêcheur fou, donc ça a assez bien marché avec moi!
L'histoire est un peu plus complexe que ce qu'il semble au départ, et si Spademan n'hésite plus une fois qu'il a décidé d'aider cette gamine, les dangers auxquels tous s'exposent alors mettent une tension dans la lecture, tension d'ailleurs palpable jusqu'au bout!.

Je remercie Célia Giglio et les éditions Denoël pour ce partenariat.
Traduit par Florence Dolisi - Sortie: 13 mai 2015 

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !