Petit joueur

de Jason Starr



Quatrième de couverture:

Brooklyn, 1984. Alors que la mode disco est balayée par la déferlante hip-hop, le jeune Italo-Américain Mickey Prada, lui, n'a guère envie de danser. Avant même sa majorité, il doit trimer dans une poissonnerie pour subvenir à ses besoins et à ceux de son père, un ancien joueur invétéré malade d'Alzheimer. 
Pourtant, Mickey a d'autres ambitions : il économise depuis des années pour payer ses études et vivre enfin sa vie. En attendant, il arrondit ses fins de mois en collectant des paris pour un bookmaker. Et, lorsqu'un client aux allures de mafioso lui demande de jouer pour lui, il n'ose pas refuser, quitte à mettre le doigt dans un engrenage dangereux... 
Pour se libérer, enfin de l'odeur de poisson et de poisse qui lui colle à la peau, Mickey va alors miser sur un coup bien plus grand que ses économies : son avenir.


Mon avis:

Petit joueur n'est ni un polar, ni un thriller car il n'y a ni enquête, ni tueur fou, cela dit c'est un roman qui prend le lecteur par les tripes et ne le lâche plus!
En effet, on est aux côtés de Mickey, un petit gars très sympathique qui sacrifie un peu sa vie pour s'occuper de son vieux père sénile et travaille dur dans une poissonnerie pour économiser et reprendre bientôt ses études. Mais en rendant service à un client en posant pour lui un "petit" pari, il met les doigts dans un engrenage qui menace bien de le broyer complètement! J'ai été happée par l'histoire, voulant absolument savoir comment Mickey allait bien pourvoir s'en sortir, mais plus je tournais les pages, plus la situation devenait compliquée!

J'ai beaucoup apprécié la manière dont l'auteur nous décrit le Brooklyn des années 80, les personnages, les codes de langage et d'attitude de l'époque. L'auteur étant né en 66 à New York, il avait exactement le même âge que Mickey en 1984... du coup je me dis que certaines situations doivent sentir le vécu! (J'espère pour l'auteur que ce n'est pas celle de la ruelle!!!)

J'ai aimé également le rythme très prenant de l'histoire et la tension qui monte au fur et à mesure que notre petit héros risque de plus en plus gros et que le sort s'acharne. On se dit que le vent va bien finir par tourner... On a l'impression parfois qu'il réagit, qu'il va se relever, faire les bons choix.

La fin est surprenante et même si j'ai dans un premier temps été un peu frustrée, je trouve que c'est finalement un tour de force de l'auteur de nous avoir harponné avec ce personnage pour nous montrer qu'au delà de sa malchance, un certaine partie de lui nous échappe...

Je remercie Célia Giglio et les éditions Denoël pour ce partenariat.
Traduit par Frédéric Brument - Titre original: Tough Luck 2003 - Février 2015



Commentaires

  1. J'ai vraiment hate de le commencer. Il m'intrigue de plus en plus.
    En plus il est assez petit donc j'imagine que ça va assez vite. On doit bien ressentir cette urgence et ce suspens..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il est prenant, j'espère que tu vas accrocher!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !