Mille-Failles

de François Carré

Quatrième de couverture:


François Carré rassemble de courtes chroniques humoristiques autour du thème de la gastronomie pour mieux aborder celui des rapports sociaux. Son pastiche culinaire est un moyen savoureux d'aborder notre difficile relation aux autres et d'épingler les codes rigides qui régissent nos modes de vie. Face au constat accablant du narcissisme et de l'animosité généralisée, l'auteur propose des «recettes» rafraîchissantes permettant de mieux vivre. 
Caustiques et pleines de vérité sur le monde, à la façon d'un Stéphane de Groodt ou d'un Philippe Delerm, ces petites chroniques douces-amères sur les tracas du quotidien sont autant de pistes pour inciter à une plus exacte connaissance de soi-même et d'autrui.
Mon avis:

Pour commencer, j'ai été surprise par le poids de ce livre (sortons la balance puisqu'on parle cuisine : 410 g pour 235 pages quand même!) Il est construit comme un livre de cuisine et a le même aspect que les dernières générations de best sellers culinaires  : format ni trop grand ni trop petit, pages glacés avec quelques illustrations entre les différentes catégories et pas moins de 47 recettes (avec les hors d'oeuvre et le digestif!)
J'ai bien aimé ces illustrations qui mettent en scène le concept de l'auteur avec ces petits personnages à l'assaut de nos assiettes!

D'emblée j'ai trouvé le concept original et intéressant et j'ai commencé ce livre avec l'envie de me détendre sous les bons mots de François Carré.
Cela a très bien commencé avec le titre accrocheur :"Mille-failles Petites recettes pour se sentir dans son assiette", la dédicace soignée : "A la cuisinière et philosophe qui m'a donné, enfant, le goût des bons petits plats, et aussi celui de mettre les pieds dedans" et surtout les hors d'oeuvre. En effet, ce premier chapitre reste celui que j'ai préféré. L'auteur y explique avec un vif talent de chroniqueur le concept de son livre, il nous explique la genèse de son idée en nous montrant en quoi la cuisine est un art, pourquoi elle fait appel à tous nos sens, et comment on peut en tirer des leçons. Mais ce n'est pas un livre de cuisine, c'est un pastiche culinaire qui veut avec humour (et parfois un peu d'ironie) nous montrer qu'on peut choisir comment prendre la vie et l'assaisonner comme il nous chante!

J'ai lu quelques entrées et j'ai suivi le conseil de l'auteur: "ce recueil de recettes a été conçu pour qu'on puisse essayer l'une d'elles, puis le refermer et poursuivre plus tard la lecture des suivantes."
J'ai lu d'autres livres entre et j'y suis revenu, bouchée par bouchée. J'ai beaucoup aimé le soufflé au ton, qui nous invite à défendre un point de vue opposé au notre dans une joute verbale entre amis.

Malheureusement, ces pauses n'ont pas suffit à me faire apprécier l'ouvrage sur la longueur. Trop de "pastiche culinaire" tue "le pastiche culinaire" et au final ce fut pour moi une indigestion!
Je le regrette vivement car chacune des recettes vaut le détour et montre un réel talent de l'auteur dans l'art de lier les mots, de créer des expressions aux saveurs nouvelles, de jouer de la langue et de la société pour ré-accommoder les sauces de notre quotidien. Le format du recueil ne me semble pas adapté, car c'est l'excès qui m'a déplu. J'aurai accroché par contre à un format beaucoup plus court ou à la rubrique "pastiche culinaire" de cette qualité dans un magazine hebdomadaire.

Je remercie Célia Giglio et les éditions Denoël pour ce partenariat.
Février 2015


Commentaires

  1. Merci pour cet avis... Ce n'est pas mon truc,la cuisine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce n'en est pas en fait, mais le livre ne t'aurait pas attiré du coup!

      Supprimer
  2. J'irai donc lire un extrait en librairie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est une bonne idée de le gouter comme ça!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !