Meursault, contre-enquête

de Kamel Daoud


Quatrième de couverture:

Il est le frère de "l'Arabe" tué par un certain Meursault dont le crime est relaté dans un célèbre roman du XXesiècle. Soixante-dix ans après les faits, Haroun, qui depuis l'enfance a vécu dans l'ombre et le souvenir de l'absent, ne se résigne pas à laisser celui-ci dans l'anonymat : il redonne un nom et une histoire à Moussa, mort par hasard sur une plage trop ensoleillée. Haroun est un vieil homme tourmenté par la frustration. 
Soir après soir, dans un bar d'Oran, il rumine sa solitude, sa colère contre les hommes qui ont tant besoin d'un dieu, son désarroi face à un pays qui l'a déçu. Etranger parmi les siens, il voudrait mourir enfin... Hommage en forme de contrepoint rendu à L'Etranger d'Albert Camus, Meursault, contre-enquête joue vertigineusement des doubles et des faux-semblants pour évoquer la question de l'identité. 


Mon avis:

C'est un très beau texte que nous livre là Kamel Daoud, presque comme un exercice littéraire nous faisant vivre le classique de Camus sous un autre point de vue. Ma lecture assez récente de L'étranger m'a permis de plonger très facilement dans le discours de ce vieil homme avec qui on discute tout au long du roman. Il est le frère de l'arabe tué sur la plage par Meursault sous un soleil de plomb. A son tour il disserte sur ce terrible assassinat,  pas tant par car son frère y a laissé la vie mais parce qu'on lui a aussi volé son nom. C'est l'arabe qui a été tué ce jour-là et son frère crie pour lui redonner un nom. Moussa. Le narrateur nous raconte le poids porté toutes ses années, car c'est lui encore la victime. Il va et vient dans sa vie, dans ses souvenirs, nous apprend les souffrances quotidiennes déclenchées ce jour-là, nous parle de sa mère, de Moussa, revient aux mots de Meursault dans le lire, à eux des journalistes, de ce corps qu'ils n'ont jamais eu, de ce nom qui n'a jamais été dit...
Son discours fait écho à l'absurde de la situation de Meursault.

Un belle découverte. Merci ma Flore!

Commentaires

  1. Je voulais le lire au début de sa sortie. J'ai reculé, procrastiné et oublié ce roman. Du coup, aujourd'hui, grâce à toi, j'ai vraiment envie de le lire. Bon dimanche!

    RépondreSupprimer
  2. il doit valoir que je le cherche... j'ai rédécouvert l'étranger en audio il y a peu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai du mal avec le rythme des livres audio... il faudra que je réessaye!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !