Les pays

de Marie-Hélène Lafon

Quatrième de couverture:

Fille de paysans, Claire monte à Paris pour étudier. Elle n'oublie rien du monde premier et apprend la ville où elle fera sa vie. 
Les pays raconte ces années de passage.


Mon avis:

Ce roman est partagé en trois parties.
J'ai bien accroché au texte lors de la première. Claire monte avec son père à Paris à l'occasion du salon de l'agriculture. J'ai aimé cette vision de ce petit voyage avec tous les petits détails de cette aventure et les réactions du père ou de Suzanne, l'ainée qui les accueille.
Si le style m'a plu lors de ces trente première pages j'ai eu beaucoup de mal à adhérer lors de la seconde partie, beaucoup plus longue.
Des années plus tard Claire est étudiante à Paris. Si elle ne renie en rien le monde paysan dont elle vient, elle apprend à comprendre et à aimer la ville. 
Je me suis complètement perdue dans la multitude de détails que nous donne le narrateur, non pas sur la vie de notre héroïne mais sur celle des gens qu'elle côtoie ou bien simplement qu'elle croise. Je m'y suis aussi bien ennuyée.

J'ai retrouvé dans la troisième partie un peu de ce qui m'avait plu dans la première: ce regard du père qui revient à Paris comme tous les ans voir Claire, accompagné de son petit-fils. Claire a fait des choix de vie sur lesquels on s'attarde très peu là encore et ce petit regain d'intérêt n'a pas réussi à me faire changer d'avis sur ce roman à côté duquel je suis complètement passée!

Je remercie Anna Grinsnir et les éditions Folio pour ce partenariat!

Commentaires

  1. J'ai du mal aussi quand il y a une multitude de détails dans les romans, cela m'ennuie au bout d'un moment. Sinon, de cette auteure, j'ai "Joseph" dans ma PAL, j'espère qu'il est mieux que celui-ci au niveau de l'écriture.
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me diras, je n'ai pas trop envie de la relire tout de suite!!!

      Supprimer
  2. J'avais lu "L'annonce" qui ne m'avait pas transportée !! Alors je vais passer sur celui-ci qui ne semble pas emballer même les lectrices inconditionnelles de l'auteur.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !