Mapuche

de Caryl Férey


Quatrième de couverture:

Rubén, fils du célèbre poète Calderón assassiné dans les geôles de la dictature argentine, est un rescapé de l’enfer. Trente ans plus tard, il se consacre à la recherche des disparus du régime de Videla. Quand sa route croise celle de Jana, une jeune sculptrice mapuche qui lui demande d’enquêter sur le meurtre de son amie Luz, la douleur et la colère les réunissent. Mais en Argentine hier comme aujourd’hui, il n’est jamais bon de poser trop de questions, les bourreaux et la mort rôdent toujours...

Mon avis:

Je suis amatrice de polars et de thrillers mais je dois dire que j'ai rarement été aussi touchée que lors de cette lecture. Est-ce parce que les faits sont liés à un contexte historique réel que les scènes de tortures sont plus difficilement supportables? J'ai dû vers la fin du roman m'arrêter à plusieurs reprises pour souffler en levant les yeux des pages avant de m'y replonger! Un roman très dur, mais un vrai coup de coeur!

Deux personnages principaux font vivre cette histoire.

Jana, qui a quitté sa tribu Mapuche pour vivre son art et qui a payé cher cette indépendance. Toujours très proche du monde de la rue, c'est pour aider sa meilleur amie qu'elle va se battre pour résoudre le meurtre d'un autre travesti Luz, que la police a tôt fait de classer. On en apprend beaucoup sur ses blessures et à la fois, on en sait très peu. On perçoit les traces laissés par son histoire sur son corps et dans sa rage, toujours présente.

Ruben, détective privé, spécialisé dans la recherche des disparus. Bel homme sûr de lui, il n'en est pas moins complètement anéanti par son passage entre les mains des bourreaux de la mort et le lourd secret qu'il garde.

J'ai énormément apprécié ces deux personnages. Leur rencontre, les liens qui se créent entre eux et leur façon d'aller au bout, quoi qu'il en coûte. On leur a trop pris. Ils ne peuvent plus reculer. La colère est au coeur de leur combat mais on sent pourtant l'envie de renaître et de recommencer à vivre, enfin.
Les questions qu'ils posent font sortir de leur tanière les bourreaux bien protégés et les morts se succèdent.
Nos deux héros évoluent beaucoup au cours du texte. J'ai beaucoup aimé le passage où Jana renoue avec ses racines indiennes, malgré le contexte de violence. De la même manière, connaître l'histoire de Ruben et surtout le choix de son silence donne une dimension supplémentaire à ce personnage.

Caryl Férey ne nous épargne rien dans sa description de l'Argentine, les horreurs perpétrées par la Junte, celles faites aux Mapuches, celles du quotidien dans les rues... J'ai adoré ce roman mais il ne m'a pas donné envie de découvrir Buenos Aires!
Même si ça rend le texte plus difficile, le contexte historique est une force car il lui apporte un ancrage et donne une profondeur supplémentaire aux personnages.

L'auteur nous fait vibrer jusqu'à la fin, jouant parfaitement avec les mots et les liens entre les différents personnages.

Un gros coup de coeur que je vous conseille vivement!


Je remercie Lise Chasteloux et les éditions Folio pour ce partenariat!

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !