Millefeuille

de Leslie Kaplan



Quatrième de couverture:

«Les jours précédents avaient été pénibles, très pénibles, il se le disait en se traînant vers la cuisine et en se faisant du café, il aurait aimé, il pensait, les effacer, les supprimer, ne plus du tout avoir à y penser. Eh bien n’y pensons plus, il se le dit avec une vigueur qui contrastait avec ses gestes lents et mous, eh bien n’y pensons plus. La radio lui indiquait qu’on était le 1er septembre, Tant mieux, dit Millefeuille à voix haute, tant mieux, à bas l’été, dit encore Millefeuille, vive l’automne, vive la rentrée, vive la reprise, vive les gens qui travaillent, à bas… Il s’arrêta, chercha, et dit très fort, Tout le reste, à bas tout le reste. L’adversaire avec lequel il débattait n’était autre que lui-même, bien entendu, mais en un sens, il fallait s’en méfier d’autant plus.»


Mon avis:

J'ai lu ce texte d'une traite et j'ai été charmée par l'écriture de l'auteur!
On voit les journées d'un vieil homme qui défilent. C'est Jean-Pierre Millefeuille. Ancien professeur travaillant sur un texte sur les rois, il est à la fois entouré d'amis et profondément seul. Entre sa passion pour Shakespeare et ses manies de consommateur, il se pose des questions sur la mort, perd le fil et se raccroche par bribes.

Je n'ai pas accroché à ce personnage ni à ceux qui l'entourent, pourtant j'ai été vraiment emballée par l'écriture. C'est par la forme que l'auteur nous fait ressentir réellement l'enjeu du roman, nous sensibilise à ce qui accompagne la vieillesse. Les courts chapitres défilent comme autant de journées qui passent, monotones, presque identiques, faire les courses, ruminer, manger, téléphoner, travailler, sortir, dormir... Le texte est au passé, ce que j'ai trouvé lourd de sens dans ce texte. Le fil du texte se rompt régulièrement passant d'une narration simple aux pensées de Millefeuille et amenant de nombreuses répétitions et retours en arrière qui renforcent ce sentiment de perte du fil, de questionnement non pas posé mais irrépressible car lié à l'angoisse de la mort. Les changements d'humeur s'en trouvent aussi accentués.

Et puis l'auteur joue avec nous. Cette narratrice m'a intriguée, ainsi que cette phrase qui termine le premier chapitre "Pourtant elle retourna le voir, et emmena même Léo, un amoureux. C'est là que tout a commencé."et qui laisse penser que quelque chose va se passer. Je pense que si je m'étais attachée aux personnages, j'aurai été déçue à la fin. Mais là, comme c'est le style qui m'a charmée, l'absence d'histoire ne m'a pas gêné. J'ai même trouvé assez fort de retrouver quelques chapitres avec la narratrice donnant tout d'un coup un regard plus extérieur sans pour autant amener de lien dans le texte.

Intriguée et charmée par son style, je découvrirai avec plaisir un autre roman de Kaplan!

L'avis de Joe avec qui j'ai fait cette lecture !

Je remercie Lise Chasteloux et les éditions Folio pour ce partenariat!

Commentaires

  1. Entre ton avis et celui de Joe il reste une belle écriture, ce qui est déjà pour moi un bon point.

    RépondreSupprimer
  2. Yes, c'est vrai qu'il nous reste surtout une belle écriture. J'ai adoré la plume de l'auteur. De ce côté-là c'est un coup de coeur qui me fera lire un autre de ses livres également. J'ai bien aimé le personnage principal et c'est vrai que du coup, c'est peut-être une des raisons pour lesquelles j'ai été déçue de la fin. En tous cas, ce fut une belle découverte.

    Merci

    Bises

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !