Running Man

de Stephen King
(Richard Bachman)

Quatrième de couverture:

La dictature et les jeux : la Rome antique avait ses gladiateurs... Les Etats-Unis, en cette année 2025, ont le Libertel, arme suprême du nouveau pouvoir. Emission vedette de la chaîne unique : "La Grande Traque". Et le peuple, les yeux rivés sur le petit écran, regarde la mort en direct.
Chômeur comme tant d'autres, Ben Richards s'est engagé dans la compétition. Commence alors le compte à rebours... Pendant trente jours, Ben devra fuir les tueurs lancés à ses trousses. Le jeu n'a pas de règles, tous les coups sont permis. La foule participe, dénonce, s'acharne : la prime est alléchante...
Hallucinante course contre la peur, la délation, la mort. D'autant plus terrifante que la fiction d'aujourd'hui est peut-être l'histoire de demain...


Mon avis:

J'ai relu avec beaucoup de plaisir ce King de 1982. Entre temps, j'ai découvert 1984 d'Orwell (écrit en 1949) et Hunger Games de Suzanne Collins (2008). On retrouve beaucoup de points communs dans les univers qui y sont décrits. Le pouvoir des jeux d'un côté, la délation de l'autre, l'un comme l'autre au service d'un pouvoir suprême...
Un roman original pour l'époque et qui tire encore son épingle du jeu aujourd'hui, au milieu de toutes les dystopies, car il est court, intense et nous présente tout le fonctionnement de cette société par le biais de quelques semaines seulement d'une course contre la mort.

Ce roman est un compte à rebours. Une course pour survivre, pas tant parce que c'est le principe du jeu dans lequel notre héros s'engage mais parce que c'est son quotidien avant même de passer les tests pour participer. Avec sa femme et sa petite fille, ils essayent simplement de survivre dans un contexte de pauvreté et de détresse extrême.

Si on s'arrête un peu dans cette course infernale, on réalise que c'est un roman assez dur. En effet, l'anticipation n'est que dans le système de pouvoir en vigueur en 2025. Car pour le reste: la détresse, les conditions de vie abominables, l'accès difficile aux soins, la frontière entre les exclus et les autres... Tout nous renvoie à des problèmes bien réels aujourd'hui.

Je gardais un souvenir assez clair de ce roman et pourtant j'ai été surprise de la fin car alors que je me souvenais précisément de la destination finale du roman, j'avais oublié (occulté?) ce que cela impliquait pour notre héros... C'était donc une bonne chose de le relire!



Commentaires

  1. Tu as lu plein de King dernièrement !
    Celui-ci est un de mes favoris... la course effrénée fut vraiment entrainante et la fin vraiment géniale ! Juste le fait d'y penser me donne envie de le relire. Un véritable chef-d'oeuvre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la fin de l'année approche et je dois finir mon challenge King... Je lis les yeux du dragon en ce moment (encore un belle relecture) et il e restera à découvrir Duma Key!!

      Je me suis régalée à le relire en effet!!!

      Supprimer
  2. Tiens je ne me souviens pas de la fin non plus... Tant mieux d'un coté comme ça, quand je le relirai ce sera la surprise. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah... je viendrai lire ton avis quand tu le reliras!!!

      Supprimer
  3. Tu me donnes envie de le découvrir! Merci, dès que je tombe dessus, je le prends!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !