Le grand Meaulnes

d'Alain Fournier

Quatrième de couverture:


Lire Le Grand Meaulnes c'est aller à la découverte d'aventures qui exigent d'incessants retours en arrière, comme si l'aiguillon du bonheur devait toujours se refléter dans le miroir troublant et tremblant de l'enfance scruté par le regard fiévreux de l'adolescence. Le merveilleux de ce roman réside dans un secret mouvement de balancier où le temps courtise son abolition, tandis que s'élève la rumeur d'une fête étrange dont la hantise se fait d'autant plus forte que l'existence s'en éloigne irrévocablement.


Mon avis:
J'ai lu ce livre par petit bout le soir et même si ma lecture a été agréable, je dois dire qu'elle n'a jamais été vraiment prenante.
On suit sous les yeux de François, le fils de l'instituteur, l'arrivée d'un jeune homme au pensionnat. Cet Augustin va changer sa vie. Cette fascination pour ce grand frère, ce modèle, cet ami se ressent dans chaque ligne. J'ai trouvé étrange au départ que malgré le temps qui semble être passé lorsque François nous raconte cette histoire, le Grand Meaulnes représente à ce point tout son univers.
A la tournure de ses phrases, on s'attend à quelque chose de tragique. Leur destin bascule lorsqu'Augustin tombe par erreur sur un domaine où se passe une fête incroyable. Il y rencontre Franck, fiancé éconduit qui va s'enfuir, et sa soeur dont il tombe amoureux.

J'ai eu du mal à entrer réellement dans ce versant tragique. J'ai l'impression de m'être attachée à François et à son grand Meaulnes mais j'ai eu du mal à saisir une émotion différente entre les moments de bonheur et ceux de grand drame. Le ton de François est toujours celui du regret. On pourrait y voir la nostalgie de l'enfance, de cette insouciance et de ces aventures partagées. Mais cela va plus loin. Comme si Augustin était une partie de lui-même, qu'il n'était pas entier sans son ami, contraint de vivre son bonheur par procuration, au travers du regard de la bien-aimée de Meaulnes ou de son enfant. C'est ça que j'a trouvé triste en fait. Cette solitude.

Commentaires

  1. Je possède ce livre, mais je n'ose pas le lire.. peur d'être déçue, de m'ennuyer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne l'ai pas trouvé prenant, mais pas du tout ennuyant non plus! Merci pour ton passage sur mon blog!!!

      Supprimer
    2. Je tenterais prochainement je pense, avec une autre lecture à côté au cas où!

      Supprimer
  2. Il fait parti des classiques que je m'étais promise de relire prochainement, mes souvenirs de ce roman sont quasi-inexistants ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été un peu surprise car je m'attendais à moins de mélancolie quand même!!!

      Supprimer
  3. C'est vrai qu'il y a un grand sentiment de regret et de solitude dans cette histoire...
    Perso, c'est rare, mais j'ai préféré le film ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien je vais essayer de le regarder alors!!!

      Supprimer
  4. Je pensais que cette lecture était plus gaie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. euh, ben non, gai... pas du tout!!!!
      C'est peut être juste mon ressenti, mais François s'enfonce vraiment dans cette mélancolie...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !