Les sacrifiées

de Laurent Gaudé

Quatrième de couverture:
Raïssa est une jeune fille qui vit dans les collines de la campagne algérienne. Elle est maudite. Sa mère est morte en couches, ce qui la souille à jamais. Elle porte en elle cette faute originelle. A travers trois générations de femmes (Raïssa, Léïla et Saïda), à travers trois époques différentes de l'histoire de la France et de l'Algérie, la malédiction se perpétue. Elle se décline sans cesse sous un nouveau visage : la guerre, l'émigration, la montée du fanatisme. La lignée de Raïssa traverse ces tourmentes. Chacune de ces femmes lutte contre l'histoire, essayant d'échapper aux coups du sort qui renversent tout. Chacune, tour à tour, pousse le cri de révolte et de combat des sacrifiées. Laurent Gaudé a choisi de raconter le destin de trois générations de femmes qui traversent la seconde partie du XXe siècle. A leur chant tragique répondent en écho les chœurs des soldats, des émigrés et des villageois.

Mon avis:
Après avoir lu cinq des romans de Laurent Gaudé et avoir été à chaque fois séduite par la magie de ses phrases et le juste poids de ses mots il était temps que je découvre cet écrivain comme auteur de théâtre.

Cette pièce est découpée en trois actes, les vies sacrifiées de trois femmes au travers des générations.
Raïssa. Dans l'Algérie française à l'heure de l'indépendance.
Léïla. Sa fille. Elevée en France, elle rentre au pays retrouver sa mère.
Saïda. Indécente. En Algérie.

Il m'a fallu laisser passer un peu de temps pour pouvoir écrire un billet sur cette lecture. Il y a peu de pages et pourtant tant de douleur. il n'est pas important de vous décrire ce qu'ont subi chacune de ces femmes, mais je trouve que ce titre, lourd de sens, a une grande portée. Il fait écho pour moi à ma dernière lecture de Gaudé: La mort du roi Tsongor avec le sort de Samilia, oubliée, sacrifiée.
J'aime la façon dont cet auteur prend le parti des femmes (toutes les femmes), en décrivant leurs vies, leurs tourments, leurs combats. On sent la douleur, le poids, la responsabilité, le danger, que cela peut être de naître femme. Mais on entend aussi leur fierté et leur courage. Elles font face, relèvent des défis, affirment leurs droits, de vivre, d'être libre, d'exister.

Le théâtre se prête parfaitement à ces histoires. Les choeurs qui reviennent hanter nos héroïnes en les rappelant à la réalité, sont comme un fond sonore qui place l'ambiance. On y retrouve l'incompréhension, la peur et la violence, et ce mal-être qui gronde en Algérie comme en France.

J'ai lu ce livre dans le cadre d'une LC organisée par un chocolat dans mon roman et l'avis des autres participants est ICI!

Commentaires

  1. J'étais moi aussi très secouée par ce récit, les dialogues sont très bien faits car rien qu'en lisant, je pouvais m'imaginer la pièce se jouer devant moi. Un hymne à la femme bouleversant, je n'ai lu que "le soleil des Scorta", mais on sent des thèmes très récurrents chez cet auteur ! Une belle découverte !

    RépondreSupprimer
  2. Oui c'est un grand auteur qui sait choisir ses sujets et qui donnent de la puissance aux mots. J'ai découvert le dramaturge avec "Le tigre bleu de l'Euphrate" et ce fut un vrai bonheur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais me le procurer ces vacances alors!!!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !