Lune captive dans un oeil mort

de Pascal Garnier

Quatrième de couverture:
Martial et Odette se sont laissés convaincre par un agent immobilier spécialisé en résidences senior. Ils ont quitté leur grise banlieue pour un petit « paradis » taillé sur mesure dans le Sud de la France. Les voici, en pionniers des Conviviales, sorte de camp de vacances perpétuel avec villas individuelles toutes conçues à l’identique mais qui leur apporte le premier des conforts, « se sentir bien protégé et en sécurité permanente ». Pour Odette et Martial, une nouvelle vie commence. Mais assez vite, les défaillances du gardiennage s’ajoutent à l’ennui de l’isolement. Leurs premiers voisins, Maxime et Marlène aménagent enfin. Puis une femme seule qui n’est pas celle que l’on croit. L’animatrice du club-house, un peu hippie sur le retour, peut entrer en fonction.
Le huis clos devient vite un shaker explosif. À force d’être tenu à l’écart, le monde extérieur avec ses nomades et autres ombres nocturnes finit par terroriser nos résidents. Chacun perd peu à peu son sang-froid. Surtout quand le gardien massacre un chat à coups de pelle ou quand le moindre orage paralyse le système de sécurité.
Les troubles obsessionnels, les blessures secrètes s’affichent jusqu’à ce que la lune, une nuit plus terrible que les autres, se reflète dans l’œil droit du gardien, arraché par une balle perdue…


Mon avis:
Mon édition n'a pas de quatrième de couverture, ce qui n'est pas plus mal car celle-ci dévoile absolument tout!!!

Voici un roman à l'ambiance glauque qui se lit vite mais laisse une impression étrange sur la condition humaine et la vieillesse...
Nous suivons le quotidien d'une groupe de personnes âgées dans une résidence ultra sécurisée dans le sud de la France. Un rêve de retraités, parfait sur papier glacé, mais la réalité est toute autre! Ils ne sont que cinq ce qui limite les échanges, et puis leur gardien Flesh s'amuse à les terroriser si bien qu'ils sont quasiment prisonniers dans leur petit coin de paradis.
Ce roman est noir, on sent le décor et les personnages qui s'effritent peu à peu, les masques qui tombent lorsque l'atmosphère s'alourdit. Le huis clos les révèle et l'aspect criant de vérité de ce roman laisse un goût un peu amer après lecture!

 


Commentaires

  1. La théorie du Panda ne m'avait pas du tout convaincu, depuis j'ai laissé l'auteur un peu de côté !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne pense pas retenter l'aventure tout de suite non plus!

      Supprimer
  2. Brrrrr ça donne pas envie. Par contre je me demande pourquoi avoir mis le 4e de couverture si ton édition n'en comportait pas et s'il dévoile tout...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, tu as raison, je crois que cette quatrième de couverture étant très explicite, elle m'a évité de m'appesantir sur ce qui se passe dans le roman!
      Choix critiquable et pas très fondé, je te l'accorde ;-)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !