Ouragan

de Laurent Gaudé


Quatrième de couverture:

A La Nouvelle-Orléans, alors qu'une terrible tempête est annoncée, la plupart des habitants fuient la ville. Ceux qui n'ont pu partir devront subir la fureur du ciel. Rendue à sa violence primordiale, la nature se déchaîne et confronte chacun à sa vérité intime : que reste-t-il en effet d'un homme au milieu du chaos, quand tout repère social ou moral s'est dissous dans la peur ?
Seul dans sa voiture, Keanu fonce vers les quartiers dévastés, au coeur de la tourmente, en quête de Rose, qu'il a laissée derrière lui six ans plus tôt et qu'il doit retrouver pour, peut-être, donner un sens à son existence...


Mon avis:

Quel plaisir de retrouver la plume de cet auteur que j'affectionne. J'ai succombé à nouveau!

Devant cette tempête qui approche, nous suivons tour à tour différents personnages qui se croisent, se cherchent, se rencontrent. En promettant de tout balayer sur son passage, cet ouragan remet les pendules à l'heure et offre à chacun la possibilité de voir ce qu'il y souhaite: la vengeance de la nature, la promesse d'une seconde chance, la main de Dieu et son ultime épreuve, la liberté et même l'espoir...

Laurent Gaudé nous  fait vivre avec une réalité poignante cette catastrophe, non pas par les faits qu'il nous rapporte mais par le jeu des changements de narrateurs qu'il manie de main de maître. J'ai particulièrement aimé le rythme avec lequel il nous fait changer de personnages, de réflexions, de pensées. Pas de mise en page particulière, de chapitres, de sous titres. A un moment donné même, tout s'accélère, et les narrateurs se succèdent au sein de la même phrase. Magique.

J'ai également adoré le personnage de Joséphine, qui veut attendre cette garce sur le péron de sa maison. De son plaisir matinal à monter dans le bus à son regard sur la foule noire et meurtrie dans le stade, elle amène la réflexion sur la différence raciale, sur l'Homme... Un regard cru, mais criant de vérité. L'auteur nous amène à mettre de côté tout ce que l'on sait, tout ce que l'on pense savoir, et à nous laisser emporter par ce flot, cette vague qui balaye tout.

Ce roman est plein de force et de justesse.

La nature n'en peut plus de notre présence, de sentir qu'on la perce, qu'on la fouille et la salit sans cesse. Elle se tord et se contracte avec rage. Moi, Josephine Linc. Steelson, pauvre négresse au milieu de la tempête, je sais que la nature va parler. Je vais être minuscule, mais j'ai hâte, car il y a de la noblesse à éprouver son insignifiance, de la noblesse à sa voir qu'un coup de vent peu balayer nos vies et ne rien laisser derrière nous, pas même le vague souvenir d'une petite existence.


Commentaires

  1. Je pense que je vais découvrir cet auteur et ce livre!
    Je ne connais pas du tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. cet auteur est à découvrir absolument!! Les autres que j'ai lu sont magnifiques aussi!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !