Du domaine des murmures

de Carole Martinez


Quatrième de couverture:
En 1187, le jour de son mariage, devant la noce scandalisée, la jeune Esclarmonde refuse de dire "oui" : elle veut faire respecter son voeu de s'offrir à Dieu, contre la décision de son père, le châtelain régnant sur le domaine des Murmures. La jeune femme est emmurée dans une cellule attenante à la chapelle du château, avec pour seule ouverture sur le monde une fenestrelle pourvue de barreaux. Mais elle ne se doute pas de ce qui est entré avec elle dans sa tombe... Loin de gagner la solitude à laquelle elle aspirait, Esclarmonde se retrouve au carrefour des vivants et des morts. Depuis son réduit, elle soufflera sa volonté sur le fief de son père et ce souffle l'entraînera jusqu'en Terre sainte.




J'ai lu ce livre dans le cadre d'un partenariat de Livraddict avec les éditions Gallimard. Un grand merci donc à l'équipe du forum pour la recherche active de partenariats et à aux éditions Gallimard pour l'envoi de ce livre!!


Mon avis:
J'avais beaucoup apprécié l'écriture de Carole Martinez dans le coeur cousu, le poids des mots choisis, des mots qui se donnent et qu'on entend. J'étais donc ravie de lire un autre roman d'elle.

Dès le prologue j'ai retrouvé cette impression de lecture offerte, de mots entendus, murmurés à nous lecteurs, cette poésie qui nous emporte:

"Ca susurre quelque chose, une pensée lointaine ça s'effiloche en l'air. Ce lien est tissé de murmures."

"Entre dans l'eau sombre, coule-toi dans mes contes, laisse mon verbe t'entraîner par des sentes et des goulets qu'aucun vivant n'a encore empruntés.
Je veux dire à m'en couper le souffle. 
Ecoute!"

Cette voix qui vient du domaine de Murmures et qui veut nous conter son histoire m'a emportée. J'ai été scotchée au sort d'Esclarmonde et à son incroyable destinée.
Ici encore, c'est un livre dans lequel toutes les femmes sont  à l'honneur. Notre narratrice a une force incroyable. Du haut de ses 17 ans cette jeune fille va oser aller contre la volonté de son père et se priver de toute liberté pour échapper à une vie dont elle ne veut pas, pour se donner corps et âme à sa foi.
Sans pouvoir un instant la comprendre, j'ai frémi avec elle lors de cette dernière aube, de son enfermement, de son accouchement puis de la séparation d'avec son fils.
J'ai été sidérée de comprendre une centaine de pages plus tard qui était l'auteur de son viol. Je n'avais pas douté une seconde qu'il s'agissait de Lothaire, son changement d'attitude semblant aller de pair avec l'atrocité de son acte.

J'ai beaucoup apprécié le regard qu'elle porte sur l'extérieur, sa façon de décrire les gens, leurs liens entre eux ou leur lien avec le monde, l'importance qu'ont pour elle Bérangère ou Jéhanne.  Malgré son enfermement, on sent dans ses mots toute la beauté des gens et de la nature au dehors, qu'il s'agisse d'une fraise des bois ou des courbes généreuses de la géante. Elle ne perd rien de ce qui se passe, elle se nourrit de tout.

Je dois pourtant dire que la magie n'a pas opéré tout le long du roman. Son bébé grandit et c'est vrai que j'ai apprécié le lien fort qui se crée entre eux et qui nous ramène (elle et nous) à la réalité de la réclusion. Pourtant les visions qu'elle nous conte concernant les croisades m'ont fait un peu décrocher. Je me suis éloignée de cette pièce et j'ai beaucoup moins accroché à sa réelle détresse quand elle perd la foi.

Je ne pouvais certes pas m'attendre à un dénouement heureux compte tenu du prologue mais la fin du roman m'a laissé une impression étrange. Elle est à la fois belle, avec Lothaire qui la retrouve enfin, juste, avec la mort qui revient, mais si rapide et si dure quant à la perte de ce lien entre elle et son fils...



Commentaires

  1. J'avais déjà énormément envie de le lire mais ta critique me donne encore plus envie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai moins aimé que le coeur cousu car j'ai un peu décroché de la magie des mots à un moment mais c'est un beau livre. J'espère qu'il te plaira!!!

      Supprimer
  2. J'ai eu presque le meme ressenti que toi sur ce livre, mais moi j'avais deviné la personne...Il était beau, mais moi aussi aux croisades, ca m'est passé un peu au dessus. Par contre tous ses ressentis m'ont bouleversé!!!!

    RépondreSupprimer
  3. Dommage pour les spoilers, ça ne me donne plus envie de le lire :( alors que le début de ta chronique me donnait envie de me jeter dessus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mince, je suis désolée!!! Des fois je ne dis rien et parfois sans m'en rendre compte j'en dis manifestement trop!!! C'est ça de gérer son blog comme un carnet de lectures, on dit ce qui nous passe par ma tête, les mains, ou le coeur, au moment où on écrit!!!
      Mais en me relisant je ne suis pas sûre d'avoir tant révélé que ça, tu peux te jeter dessus quand même ;-))

      Supprimer
  4. Un livre que j'ai peut être moins aimé que le coeur cousu mais dont l'écriture ensorcelle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai... il m'a aussi moins envouté que le coeur cousu. Merci pour ton passage Praline!

      Supprimer
  5. Enfin lu et chroniqué, quel bijou ce roman! Je vais bientôt lire La terre qui penche. C'est peut être bête mais je ne comprends pas pourquoi tu l'as mis dans le challenge A vos nombres ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le mot domaine important en maths pour définir les propriétés!

      Supprimer
  6. Ok! C'est trop... "maths" pour là ! :D
    Est-ce que je peux mettre mes lectures qui contiennent le mot "une" comme "Une saison à Longbourn" ?

    RépondreSupprimer
  7. Vraiment une auteur précieuse et un livre étonnant

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !