La marche de Mina

de Yoko Ogawa


Quatrième de couverture:

Après le décès de son père, alors que sa mère doit s'éloigner pour parfaire sa formation professionnelle, la petite Tomoko est reçue pour un an chez son oncle et sa tante.
 Tomoko a douze ans; à Kobe, son oncle l'attend sur le quai de la gare. Il la serre dans ses bras et la conduit jusqu'à la très belle demeure familiale.
 Pour Tomoko, tout est ici singulièrement différent. Sa cousine Mina passe ses journées dans les livres, collectionne les boîtes d'allumettes illustrées sur lesquelles elle écrit des histoires minuscules; un hippopotame nain vit dans le jardin, son oncle a des cheveux châtains, il dirige une usine d'eau minérale et la grand-mère se prénomme Rosa.
 Au coeur des années soixante-dix, Tomoko va découvrir dans cette maison l'au-delà de son archipel : à travers la littérature étrangère, les récits de grand-mère Rosa sur son Allemagne natale et la retransmission des Jeux Olympiques de Munich à la télévision, c'est un tout autre paysage qui s'offre à elle.


Mon avis:
Je découvre avec ce livre la littérature japonaise. Oui je sais, il était temps!
Dans ce roman, Yoko Ogawa nous conte la famille, l'amour et l'amitié à travers des yeux d'enfants. C'est Tomoko qui nous emmène au coeur de l'enfance et de sa perception du monde et de la vie. Son père est décédé, sa mère doit travailler... pendant un an elle doit aller vivre chez sa tante au côté de sa cousine Mina. Nous vivons cette année avec elle et nous goutons nous aussi aux délices de l'enfance.

Ce roman est incroyablement doux. J'ai beaucoup aimé la façon dont l'auteur prend le temps de nous faire vivre les trésors que découvre Tomoko : le landau, l'hippopotame nain, les bolo et le Fressy, les boîtes d'allumettes et les boîtes à boîtes d'allumettes, les bains de lumières, le volley-ball, les jeux olympiques et cette magnifique complicité qui grandit entre les deux jeunes filles!
J'aime pourtant les livres rythmés et plein d'aventures et de rebondissements... Mais ici, le rythme est juste, et même s'il est lent, il est tout autant rempli de vie. Je me suis laissée bercer par son écriture comme si je contemplais un tableau... c'était inattendu mais vraiment agréable!
J'ai aussi particulièrement aimé la façon dont elle perçoit son oncle et la manière dont sont mises en avant, très discrètement, quelques failles dans cette perfection. L'auteur nous livre aussi avec pudeur un regard particulier sur le monde des adultes.

Un très beau livre, doux et plein de justesse .


Commentaires

  1. Ravie que cette première incursion dans la littérature japonaise ait été positive !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, merci pour les conseils ;-)

      Supprimer
  2. Ton billet me tente et au moment de noter ce titre, je me rends compte que je connais cet auteur. J'ai lu durant ces vacances, "La formule préférée du professeur", un superbe roman dont je suis occupée à rédiger le billet. Je note donc ce titre et comme il t'a plu, je te conseille le mien. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le titre me dit quelque chose, je ne savais pas que c'était de cet auteur! Merci pour le conseil Nahe!!!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !