Les petites filles modèles

de la Comtesse de Ségur




Quatrième de couverture:
Camille et Madeleine, les deux soeurs, s’entendent à merveille, partagent les mêmes jeux, les mêmes émotions. Camille, l’aînée, est vive, espiègle, hardie; Madeleine est plus réservée, sensible, solitaire. Promenades en calèche, sauvetage d’un rouge-gorge tombé du nid, indigestions de cassis, disputes et réconciliations, fêtes et parties de campagne… Avec leurs amies Marguerite et Sophie, les petites filles modèles vivent au jour le jour les grandes joies et les petites catastrophes de l’enfance.


Mon avis:
Je me suis replongée avec beaucoup de plaisir dans ce livre que je n'avais pas rouvert depuis mon enfance. C'était assez étrange de le lire avec un double éclairage, celui de la petite fille qui retrouvait le monde et les aventures de ces demoiselles et l'adulte qui s'effarait devant l'attitude des adultes dans ce roman!
Je me souvenais bien des enfants, absolument pas des adultes. Je me souvenais de Sophie, qu'elle était malaimée et malheureuse, pas qu'elle était battue et abandonnée de la sorte. 


Je suis passionnée par les ouvrages d'Alice Miller sur la maltraitance des enfants, ceux de Cyrulnik sur la résilience, et pendant que la petite fille lisait avec plaisir ces petites aventures simples (qui pourraient arriver à toute petite fille vivant à la campagne), l'adulte était interpellée par le comportement des adultes. Je trouve intéressant de voir comment la Comtesse de Ségur met en avant une autre manière d'éduquer. Elle même (qui se prénomme Sophie d'ailleurs) a été maltraitée. Mmes de Fleurville et de Rosbourg ont beaucoup de mal à supporter la violence et l'injustice de Mme Fichini envers Sophie et ne l'acceptent que pour laisser une chance à Sophie de rester en lien avec elles. Mais à leur tour elles sont capables de phrases telle que:

"Sophie qui doit obéir à Dieu et respecter sa belle-mère, doit demander de devenir assez bonne pour l'attendrir et s'en faire aimer."
"Priez le bon Dieu qu'il ne vous fasse pas mourir cette nuit avant de vous être repentie."

Ces passages ont été difficiles à lire pour moi  mais replacés dans le contexte de l'époque je trouve que c'est déjà un message incroyable que de dire: "on peut élever autrement qu'en frappant son enfant". Certes elle écrit des contes pour ses petites-filles, mais elle leur transmet également sa vision de l'éducation en refusant l'héritage de sa propre mère. 


J'ai lu que ce versant du roman était certainement celui qui avait le plus vieilli. Or pour moi qui travaille au quotidien avec les enfants je trouve que c'est au contraire celui qui est encore le plus d'actualité. Le nombre d'enfants battus régulièrement sous couvert d'éducation est très important. Le droit à la fessée est encore clamé haut et fort dans notre pays. A quand un gouvernement qui prendra clairement ses responsabilités pour la protection des enfants?



Commentaires

  1. J'ai ajouté ce livre hier dans ma wish list et ton avis me prouve que j'ai eu raison =D
    Je n'ai encore jamais lu de livre de la Comtesse de Ségur même quand j'étais petite ...
    C'est dans ces moments là que je regrette que mes parents ne nous ai pas donné le gout de la lecture quand mes soeurs et moi étions encore petites ... je suis passée à côté de bons nombres de livres pour enfants. J'ai commencé par Les club des cinq quand j'avais 10 ou 11 ans à peu près.
    Bon, j'ai fini de raconter ma vie ^^
    Merci pour cet avis qui me donne beaucoup envie de lire ce livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ;-)
      Je ne sais pas si pour un première lecture adulte l'effet sera le même. La morale étant très présente et les histoires courtes et simples, je ne sais pas s'il ne faut pas être encore petite fille pour l'apprécier et n'y voir que le plaisir de leurs petites aventures... Je viendrais voir si tu as apprécié!!!

      Supprimer
  2. J'ai aussi lu ce livre pour le challenge mais je n'ai pas eu la même lecture que toi. Pour moi il est impensable de battre un enfant, alors je n'ai même pas pris la peine d'essayer de lire ce message là. Je suis contente d'avoir lu ta chronique pour cette nouvelle vision. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est impensable, c'est agréable de te lire l'écrire. Je suis surprise enfant de n'avoir vu dans ce livre que les petites aventures de ces filles. Je devais voir ça comme de la fiction comme dans les autres contes, après tout des petites filles dans un chateau, une méchante belle-mère c'est plutôt classique dans un livre pour enfant. Mais adulte, certaines scènes m'ont vraiment fait mal!!! Y compris dans la bonne morale : fais toi aimer de ta mère!!!
      Je m'en vais lire ta chronique!!!

      Supprimer
  3. J'attire votre attention sur cette etude tres importante qui nous parvient via l'Oveo(.org)
    http://www.oveo.org/index.php option=com_content&view=article&id=330:la-fessee-augmente-le-risque-de-troubles-mentaux&catid=38:les-effets-de-la-violence-educative-ordinaire&Itemid=52

    RépondreSupprimer
  4. C'est toujours un plaisir de se replonger dans les œuvres de la comtesse et c'est aussi important de regarde un peu plus loin comme tu le fais dans ce billet. J'ai aussi entendu que les fessées baissaient le QI d'un enfant (en référence au lien donné par Raymond)
    Pauline,
    Entre Les Pages : http://areader.over-blog.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les violences psychologiques et physiques laissent en effet des traces, beaucoup de traces. LA perception du monde qui entoure l'enfant, change, sa façon d'appréhender le monde également...

      Supprimer
  5. La Comtesse de Ségur m'a accompagnée toute mon enfance et j'en garde un souvenir très précieux, j'ai d'ailleurs racheté mes titres préférés !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ta lecture adulte a été différente????

      Supprimer
  6. j'étais gamine quand j'ai lu les livres de la comtesse de ségur !!!

    RépondreSupprimer
  7. J'ai dû le lire quand j'étais petite. Je ne me suis jamais demandé si ces romans avaient bien vieillis ou non, tu m'apportes la réponse.
    Merci !

    RépondreSupprimer
  8. Je l'ai lu une bonne dizaine de fois ! Je lui préfère Les malheurs de Sophie ainsi que Les vacances mais il est très bien aussi ! :) Je n'hésite pas à m'y replonger, même à l'époque actuelle ; ce sont des oeuvres qui ne meurent jamais et qui conviennent à tout âge !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime aussi beaucoup les malheurs de Sophie, il faudra que je le relise!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !