La porte des enfers

de Laurent Gaudé



Quatrième de couverture:


Au lendemain d’une fusillade à Naples, Matteo voit s’effondrer toute raison d’être. Son petit garçon est mort. Sa femme, Giuliana, disparaît. Lui-même s’enfonce dans la solitude et, nuit après nuit, à bord de son taxi vide, parcourt sans raison les rues de la ville.
Mais, un soir, il laisse monter en voiture une cliente étrange qui, pour paiement de sa course, lui offre à boire dans un minuscule café. Matteo y fera la connaissance du patron, Garibaldo, de l’impénitent curé don Mazerotti, et surtout du professeur Provolone, personnage haut en couleur, aussi érudit que sulfureux, qui tient d’étranges discours sur la réalité des Enfers. Et qui prétend qu’on peut y descendre…
Ceux qui meurent emmènent dans l’Au-Delà un peu de notre vie, et nous désespérons de la recouvrer, tant pour eux-mêmes que pour apaiser notre douleur. C’est dans la conscience de tous les deuils – les siens, les nôtres – que Laurent Gaudé oppose à la mort un des mythes les plus forts de l’histoire de l’humanité. Solaire et ténébreux, captivant et haletant, son nouveau roman nous emporte dans un “voyage” où le temps et le destin sont détournés par la volonté d’arracher un être au néant.



Mon avis:


J'ai découvert avec beaucoup de plaisir Laurent Gaudé. Je relirai certainement rapidement un autre de ses livres car la lecture de celui-ci m'a beaucoup plu.


Les deux premiers chapitres se situent à vingt ans d'intervalle. 
En 1980, une balle perdue au milieu d'une fusillade. Tout bascule.
"Il ne pourrait plus. Jamais. Le caresser. Son fils à lui."
En 2002, Pippo réalise enfin sa vengeance.

J'ai trouvé poignante la façon dont l'auteur nous décrit ce deuil. La façon différente dont le vivent le père et la mère. La même horreur qui s'insinue en eux. Au point de les séparer. Elle lui demande de ramener son fils ou de lui donner la tête de celui qui lui a pris son fils.
Il n'aura pas la force de tuer un homme. Elle n'aura pas la force de rester à ses côtés après ça. Laurent Gaudé nous ouvre alors la voix du surnaturel, et Mattéo franchira la porte des enfers pour ramener son petit garçon. Réalisant ainsi ce que tout père souhaiterait faire, donner sa vie contre celle de son petit garçon. 
Désormais, c'est à Pippo qu'appartient le poids de la vengeance. C'est lui qui doit vivre ce deuil et l'abandon de sa mère. Lui qui doit comprendre et accepter.


J'ai beaucoup aimé la façon dont il lie le monde des morts et des vivants. Ceux qui sont morts vivent encore en nous car ils nous laissent un peu d'eux en partant. Mais ceux qui restent meurent un peu plus à chaque perte d'un être aimé car les morts emportent un peu d'eux dans leur tombe.


J'avais été incroyablement déçue par les cinq personnes que j'ai rencontrées là-haut, là où beaucoup de lecteurs trouvaient qu'il abordait simplement la mort... et bien voilà pour moi un roman qui l'aborde avec force et justesse!

Commentaires

  1. Je suis fan de Laurent Gaudé et ne peut que te recommander Le Soleil des Scorta, un livre magnifique. J'ai donc beaucoup aimé celui-ci, poignant comme tu le dis :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais le lire très prochainement je pense!!!! Merci du conseil!

      Supprimer
  2. Je suis fan aussi !!! Je les ai tous dévoré et aimé et "La porte es enfers" fut un véritable coup de poing pour moi par sa beauté et sa force.

    Nous somme en effet bien loin de "Cinq personnes ..." !!!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !