Indignation

de Philip Roth






Quatrième de couverture:


Nous sommes en 1951, deuxième année de la guerre de Corée. Marcus Messner, jeune homme de dix neuf ans, intense et sérieux, d’origine juive, poursuit ses études au Winesburg College, dans le fin fond de l’Ohio. Il a quitté l’école de Newark, dans le New Jersey où habite sa famille. Il espère par ce changement échapper à la domination de son père, boucher de sa profession, un homme honnête et travailleur, mais qui est depuis quelque temps la proie d’une véritable paranoïa au sujet de son fils bien-aimé. Fierté et amour, telles sont les sources de cette peur panique. Marcus en s’éloignant de ses parents, va tenter sa chance dans une Amérique encore inconnue de lui, pleine d’embûches, de difficultés et de surprises.
Indignation, le vingt-neuvième livre de Philip Roth, propose une forme de roman d’apprentissage : c’est une histoire de tâtonnements et d’erreurs, d’audace et de folie, de résistances et de révélations, tant sur le plan sexuel qu’intellectuel. Renonçant à sa description minutieuse de la vieillesse et de son cortège de maux, Roth poursuit avec l’énergie habituelle son analyse de l’histoire de l’Amérique – celle des années 1950, des tabous et des frustrations sexuelles – et de son impact sur la vie d’un homme jeune, isolé, vulnérable.





Mon avis:


Phillip Roth se livre ici à une plongée passionnante dans l'univers des années cinquante en suivant le parcours d'un jeune juif qui entre à l'université.
C'est ce jeune Marcus âgé de 19 ans qui nous raconte son histoire, ce qu'il est, ce qu'il pense être, d'où il vient. J'ai beaucoup aimé sa façon de parler de ses origines. On y sent le respect pour le métier de boucher kasher de son père, l'admiration pour cet homme fort, droit et fier de ce qu'il est. A aucun moment il ne déprécie cet univers qui pourtant par bien des points le répugne. On sent aussi sa colère, son incompréhension face à ce monde qui bascule avec les obsessions puis la folie de son père. On comprend ses choix, sa "fuite" pour survivre, pour exister.


Dans le contexte universitaire, il va s'accrocher à la voie studieuse qu'il s'est choisie, comme si le sérieux était son seul salut. J'ai beaucoup aimé le passage avec le doyen. On sent la rage qui est en Marcus face à l'injustice. Je me suis rendue compte aussi en "entendant" le doyen que le point de vue de Marcus était excessivement fort et que de ma place de lecteur je n'avais pas une seconde douté de la légitimité de ses déménagements!!! Ce même sentiment d'injustice m'envahissait devant toutes ses embuches!


J'ai trouvé intéressant la façon dont sont présentes les fraternités et les pressions qui les accompagnent. J'ai trouvé sa façon d'y résister touchante car elle tient tant à sa détermination de travailler qu'à sa profonde solitude. 
C'était drôle de lire en détail cet épisode de la razzia des petites culottes alors que j'en avais entendu parler pour la première fois dans ma lecture précédente (Rage de King) où une allusion y est faite!


Le personnage d'Olivia apporte beaucoup au texte, il fait rebondir les relations entre Marcus et les autres ( sa mère, les autres universitaires, le doyen), avec tous les questionnements qui suivent ses expériences physiques et émotionnelles.


Enfin j'ai particulièrement apprécié la façon dont l'auteur choisit de nous en dire plus sur le point de vue du narrateur à mi-roman. Même si je n'ai pas trouvé d'intérêt à la page qui suit sur tout le questionnement qui va avec, je pense que sans ce choix de l'auteur, le livre ne m'aurait pas fait une si bonne impression! Le point de vue change, notre regard aussi.


Commentaires

  1. Mon père l'a lu et il avait bien aimé si je me souviens bien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vaut le coup s'il est encore dans sa bibli!

      Supprimer
  2. Tu sais déjà tout le bien que je pense de ce roman !!! C'est un roman très fort sur l'insoumission qui m'a beaucoup touché tant l'injustice "ordinaire" est palpable comme tu le dis .
    Ravie qu'il t'ait plu !!!!

    RépondreSupprimer
  3. Coucou!

    Je l'attends en partenariat avec Livraddict!
    Je viendrai te dire ce que j'en ai pensé!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Agathe! J'espère que tu passeras toi aussi un bon moment avec ce livre! Je viendrai lire ton billet!! Bon dimanche!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !