La Part de l'autre

d'Eric Emmanuel Schmitt






Quatrième de couverture:


8 octobre 1908 : Adolf Hitler recalé. Que se serait-il passé si l'École des beaux-arts de Vienne en avait décidé autrement ? Que serait-il arrivé si, cette minute-là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hitler, flatté puis épanoui ses ambitions d'artiste ? Cette minute-là aurait changé le cours d'une vie, celle du jeune, timide et passionné Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde...


Mon avis:


J'ai énormément aimé ce livre. Je l'ai mis en coup de coeur, pourtant c'est loin d'être une réaction épidermique ou affective... mais pour le coup aussi très rationnelle!!!
C'est du respect que je ressens en fait : du respect pour l'auteur, du respect pour sa démarche, tout le travail que cela représente, le défi qu'il se pose, tant humainement que psychologiquement, et le réel talent avec lequel il le réussit. 
Comme c'est fort. Comme c'est bien écrit!


L'un est recalé, l'autre pas. Pourtant les deux se retrouvent face à l'échec. Adolph H cherche à analyser ses difficultés, à parler. Il s'épanouit. La sexualité, l'amour, l'amitié ont une telle place dans son équilibre... Et ils sont si absents dans la vie d'Hitler. 


Je me suis profondément attachée à ces deux personnages. J'ai souffert avec eux. Tous les deux. L'auteur ne juge pas, il cherche à comprendre, sans justifier, sans pardonner, juste comprendre. Le comprendre lui pour nous comprendre nous. Comprendre.


Alice Miller m'avait déjà interpellée dans "C'est pour ton bien" en mettant en avant les ravages de l'enfance et de l'éducation et avec ses travaux sur Hitler notamment. (Un lien ICI pour en savoir un peu plus!) et je crois en la résilience (lisez Cyrulnik!!!)... Alors je ne peux qu'adhérer quand Schmitt écrit dans son journal: "On peut guérir de son enfance quelle qu'elle soit. Adolf H. s'en sortira, Hitler pas. Notre passé n'a que le poids que nous lui laissons ; la réflexion, le travail nous permettent de l'alléger."


Il nous met face à nos choix d'adultes et à nos responsabilités. (C'est ce qui m'a plus aussi dans Concerto à la mémoire d'un ange).


J'ai beaucoup aimé également la vision des femmes de l'auteur. On sent l'amour qu'il leur porte tant il leur laisse une belle place dans la vie d'Adolf... à la mesure certainement du dégoût qu'elles inspirent à Hitler!!!


L'alternance des récits ne m'a pas du tout génée. J'ai eu beaucoup de plaisir à passer de l'un à l'autre car ce livre est plein d'amour, d'épanouissement sexuel et d'amitiés véritables. C'est ce contraste qui amène le lecteur à comprendre la folie d'Hitler et l'horreur qu'elle engendre.


Les deux univers sont écrits avec une plume magnifique pleine de finesse, je pense notamment à la vision très juste d'Hugo Gutmann sur l'Estafette Hitler, à la description d'Adolf de son tableau le dictateur vierge, à la lettre de Lucie où elle parle d'Heinrich et des monstres altruistes ou encore quand Hitler donne à Himmler les consignes (dites et pensées) quant à la solution finale...


La fin du roman m'a beaucoup touchée, décidément cet homme (Schmitt) est incroyable me suis-je dit (et dire que je ne le connaissais pas il y a deux semaines!!!) 
Je cite ses dernières lignes: 
"L'enfant, c'était l'auteur du livre. Je ne suis pas juif, je ne suis pas allemand, je ne suis pas japonais et je suis né plus tard : mais Auschwitz, la destruction de Berlin et le feu d'Hiroshima font désormais partie de ma vie."




J'ai lu ce livre dans le cadre d'une lecture commune organisée par unchocolatdansmon roman qui organise également le challenge Schmitt. 
Merci choco donc pour cette superbe découverte! 
Pour lire les avis des autres participants, c'est ICI!



Commentaires

  1. Ce roman est soit un coup de coeur soit une oeuvre que l'on apprécie pour le travail d'écriture mais pas pour le contenu. c'est vrai qu'il interpelle et dérange si l'on y réfléchit trop. je vois que de ton côté tu as aussi été sensible au travail psychologique sur les personnages. pour ma part je pense que le message de l'auteur porte davantage sur le devenir d'un homme fragile. je ne crois pas qu'il ait voulu refaire l'histoire.Merci pour ce billet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que j'ai apprécié tout autant le travail autant que le contenu, rien ne m'a dérangé... Un vrai coup de coeur pour l'auteur. Je suis ravie de m'être inscrite à ton challenge et à cette LC!

      Supprimer
  2. OH, dans ma wish list :P Je l'ai vu ailleurs aussi et ça semble plaire!!! Merci pour la chronique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut le faire passer de ta wish list à ta PAL!!! A lire absolument ;-)

      Supprimer
  3. Je garde un très fort souvenir de ce roman, mais j'avoue m'être fascinée pour la vrai vie du dictateur sur laquelle j'ai appris eaucoup de choses, et j'ai fini par sauter les autres chapitres qui étaient beaucoup moins intéressants selo moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette "vraie" vie m'a fascinée aussi!!!

      Supprimer
  4. C'est un roman fort, qui ne laisse pas indifférent. J'aime beaucoup l'idée du respect que tu évoques pour la démarche de l'auteur et son travail, c'est aussi mon opinion ! Bonne soirée :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'être passée! Je trouve très intéressant de croiser les différents avis sur une LC (c'était ma première!!!)

      Supprimer
  5. Je te cite: «La sexualité, l'amour, l'amitié ont une telle place dans son équilibre... Et ils sont si absents dans la vie d'Hitler. » c'est tellement vrai et ça montre que tout cela a de l'importance! Et je suis bien d'accord, l'alternance est nécessaire pour montrer l'horreur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vraiment adhéré, du coup c'est intéressant aussi de lire des avis plus mitigés comme le tien!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !