Concerto à la mémoire d'un ange

d'Eric-Emmanuel Schmitt



Quatrième de couverture:

Quel rapport entre une femme qui empoisonne ses maris successifs et un président de la République amoureux ? Quel lien entre un simple marin honnête et un escroc international vendant des bondieuseries usinées en Chine ? Par quel miracle, une image de sainte Rita, patronne des causes désespérées, devient-elle le guide mystérieux de leurs existences ? Tous ces héros ont eu la possibilité de se racheter, de préférer la lumière à l'ombre. A chacun, un jour, la rédemption a été offerte. Certains l'ont reçue, d'autres l'ont refusée, quelques uns ne se sont aperçus de rien. Quatre histoire liées entre elles. Quatre histoire qui traversent l'ordinaire et l'extraordinaire de toute vie. Quatre histoire qui creusent cette question : sommes-nous libre ou subissons-nous un destin ? Pouvons-nous changer ?


Mon avis:

Challenge Schmitt oblige, lorsque ce livre m'a fait de l'oeil jeudi à notre départ Gare du Nord, je n'ai pu résister, Alex optant de son côté pour les dix enfants que Madame Ming n'a jamais eu afin de commencer enfin mon challenge à vos nombres...
Bref ce recueil de nouvelles s'est invité dans le train et m'a fait passer un très bon moment de lecture!

J'étais restée sur une sensation étrange (tortueuse) suite à la lecture de Quand j'étais une oeuvre d'art de Schmitt. J'ai été très surprise de la simplicité et de la force de ces quatre nouvelles.

Quatre histoires.  Quatre décisions qui changent le cours d'une vie.
Assumer ses actes. Ou pas.
Choisir les priorités que l'on donne à notre vie.
Entretenir son amour. Ou alimenter sa haine.
Se racheter. Ou se venger.

On perçoit très rapidement Sainte Rita en filigrane : Rita, la madone des causes désespérées, la sainte de l'impossible, surgit, tel un diamant à facettes dans ces histoires. Ce leïtmotiv n'est pas une explication donnée par moi l'écrivain, plutôt une pique, une suscitation, un noyau mystérieux qui doit forcer le lecteur à réfléchir.
Pour moi, au delà de toute idée d'éventuelle rédemption, j'y ai vu l'importance de ne pas se laisser aller à penser que nous n'avons plus en main les cartes de notre propre vie. Même si nos croyances familiales nous conditionnent, et que notre développement dépend de bien des facteurs extérieurs, nous avons tous la possibilité de remettre sur les épaules de chacun les poids que nous n'avons pas à porter et de faire enfin face à nos propres responsabilités d'adultes.  
J'ai particulièrement apprécié la façon dont l'auteur met en avant cette possibilité de chacun de faire ses propres choix.

J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ces quatre nouvelles, et encore plus à lire le journal d'écriture et à entrer un plus dans l'univers de l'auteur. Ainsi certaines nouvelles prennent un nouvel éclairage comme celle du retour...

Je suis ravie de m'être inscrite à ce challenge car je découvre ici un style d'écriture qui me plait beaucoup!

Quand un livre est acheté, sa vie commence.
A partir de ce soir, je n'en suis plus l'auteur. Ses auteurs seront désormais les lecteurs...
Voltaire disait que les meilleurs livres sont ceux écrits à moitié par l'imagination du lecteur.
Je souscris à son idée, mais, au fond de moi, j'ai toujours envie d'ajouter: pourvu que le lecteur ait du talent...



Commentaires

  1. Superbe chronique. Quant à moi je continue ma lecture, à suivre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Hate de lire ton avis! A bientôt!

      Supprimer
  2. Eric-Emmanuel Schmitt et moi, on est un peu fâché ! C'est un peu comme avec Nothomb, j'avais de la sympathie, du plaisir à les lire au départ puis... bof ! Mais pourquoi pas retenter, après tout?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. après quel livre as-tu été déçue? J'ai lu trois petits Nothomb et il ne m'ont pas laissé grand souvenir, mais je découvre Schmitt avec plaisir car non seulement il est à la portée de tous les lecteurs tout en nous permettant d'aller plus loin dans la réflexion et la compréhension qu'on oeut (ou veut) donner à ses textes...

      Supprimer
  3. Un ouvrage que j'avais trouvé très bien également! Un bon souvenir de lecture. Mais je crois que je n'ai pas de mauvais souvenir avec cet auteur! C'est l'avantage d'un tel écrivain^^
    Pauline,
    Entre Les Pages : http://areader.over-blog.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De nouvelles bonnes surprises m'attendent alors avec le challenge schmitt! ;-)

      Supprimer
  4. Une magnifique chronique qui m'a conforté dans mon choix.
    J'hésitais et tu m'as décidé :MERCI.
    Je fais aussi le challenge.
    "La rêveuse d'Ostende" est excellent comme recueil de nouvelles et j'ai beaucoup aimé .
    à bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien, c'est un com qui fait drôlement plaisir, MERCI! et bonne lecture, je viendrai voir ton billet!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !