Dead Zone

de Stephen King

Quatrième de couverture:

Greg Stillson, candidat à la Maison Blanche, est un fou criminel, grand admirateur d'Hitler et d'autres maniaques de l'extermination. Quand il sera élu, ce sera l'Apocalypse. Un seul homme le sait : John Smith, car il est doué d'un étrange pouvoir qui lui attire pas mal d'ennuis, il devine l'avenir. Il n'y a rien de réjouissant à cela. Il peut prévoir les accidents, les catastrophes, les hécatombes. On ne le croit pas, ou alors on le croit trop.
John Smith n'a encore rien dit de ses prémonitions. Pourtant, le candidat à la présidence des Etats-Unis est un dément. Que fera John Smith pour son pays ?

Mon avis:

Quel plaisir de découvrir un roman de Stephen King de cette époque que je n'avais jamais lu. Trente ans après sa sortie, je me suis régalée avec cette histoire de médium!

Comme à son habitude, l'auteur soigne ses personnages et on s'attache à ce héros, John Smith, ainsi qu'à son entourage. Le roman s'ouvre sur un souvenir oublié avec cette chute sur la glace, alors qu'il est petit garçon. On remonte ainsi aux origines de sa différence. Des années plus tard, alors qu'il pressent parfois déjà la tournure des évènements, un terrible accident de la route lui fera perdre 4 ans de sa vie. Pendant tout le temps que dure son coma, on suit sa famille, sa fiancée, et la vie qui continue malgré tout.
D'un autre côté on voit l'évolution d'un vendeur de bibles qui a beaucoup d'ambition. Notre première rencontre avec Greg Stillson ne laisse pas de doute sur le genre d'homme qu'il est et nous ne tarderons pas à le voir gravir les échelons politiques. Malgré les moyens frauduleux qu'il utilise, il s'en sort toujours bien. J'ai d'ailleurs presque senti l'ombre de Flagg flotter sur lui... Il fallait donc bien un être exceptionnel, prêt à tous les sacrifices pour barrer le chemin à ce fou.

J'ai apprécié ce livre, l'histoire mais aussi ce personnage qui va devoir assumer, malgré lui parfois, les conséquences de ce don. J'ai aimé aussi sa relation avec Sarah qui reste intense malgré la distance. Ses rapports aux autres sont riches, mais sa différence fait des ravages autour de lui.
Tout s'enchaîne lorsqu'il doit se positionner face à ce qu'il découvre. Jusqu'où peut-on aller pour empêcher d'horribles actes de se produire? Une problématique que King traitera à nouveau 30 ans plus tard dans 22/11/1963.



Commentaires

  1. Oh il a l'air génial ! Merci pour ta chronique, tu me donnes envie de me jeter sur le livre. Je crois que je vais aller ajouter un King à mes livres en cours. <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, s'il est dans ta PAL, tu as bien raison!!

      Supprimer
  2. J'aimais bien King quand j’étais plus jeune mais je ne l'ai pas beaucoup lu ces derniers années et il faut que je change ca... En tout cas, celui-ci a l'air super et je vais aller l'ajouter de suite à ma WL. :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas un récent, ni un de mes préférés, mais je l'ai vraiment aimé quand même!!! J'espère qu'il te plaira aussi!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez une empreinte !